Les pays émergents vecteurs de la croissance mobile en 2012

Par 29 février 2012
Mots-clés : Smart city, EMEA
mobile et carte du monde

Le nombre d'abonnés à la téléphonie mobile aurait atteint 4,1 milliards au quatrième semestre 2011. Un chiffre impressionnant qui devrait doubler d'ici 2016, notamment par l'intermédiaire des pays émergents.

Depuis octobre dernier, nous sommes 7 milliards d'individus sur Terre. Mais un autre cap vient d'être franchi, celui des 6 milliards d'abonnements mobiles à travers le monde. C'est le constat fait par Ericsson dans un rapport sur le trafic et les données du marché de la téléphonie mobile. Ce chiffre ne représenterait cependant que 60% de la population mondiale, puisque certains utilisateurs sont titulaires de plus d'un abonnement. Selon le rapport, bien que le taux de pénétration mobile se concentre dans l'Europe de l'Ouest, cette croissance serait très largement portée par les pays émergents. En effet, parmi les régions enregistrant le plus grand nombre de nouveaux abonnements, on retrouve l'Europe de l'Est, la Chine et l'Inde.

Une croissance exemplaire et globale

Effectivement, sur 180 millions de nouveaux abonnements souscrits lors du quatrième semestre 2011, plus d'un tiers provenaient d'Inde et de Chine, suivis de près par le Brésil, l'Indonésie et le Bangladesh. Les pays de l'Europe de l'Est ne sont quant à eux pas en reste, avec le second taux de pénétration mobile le plus élevé, soit 125%. Enfin, la croissance est également forte en Afrique, qui a comptabilisé une augmentation de 28 millions d'abonnements en 2011, élevant son total à 644 millions sur l'intégralité du continent. De manière globale, depuis 2007, les abonnements mobiles ont progressé en moyenne de 13% par an et de 3% par trimestre.

Haut débit et smartphones en hausse, mais minoritaires

Autres données intéressantes : les abonnements haut débit ont augmenté de 60% en un an. Ericsson espère d'ailleurs que d'ici à 2016 ces abonnements dépasseront les 5 milliards. De plus, le trafic des données mobiles et le trafic « voix » mobile ont doublé. Ces deux taux s'expliquent notamment par le fait que les smartphones représentaient 30% des téléphones vendus l'année dernière, contre 20% en 2010. Pourtant les smartphones ne constituent actuellement que 10% environ de la base installée mondiale d'abonnements. Selon Ericsson, ceux-ci représenteraient donc un potentiel considérable pour les années à venir concernant la croissance du secteur de la téléphonie mobile.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas