Le PDG de Fuji Photo Film, Minoru Ohnishi, affirme "nous voulons faire

Par 28 août 1997

mieux connaître notre image aux Etats-Unis". L'Organisation Mondiale du commerce (OMC) a retardé de six mois l'examen du différend opposant Kodak à Fuji. Minoru Ohnishi reste confiant en la justic...

mieux connaître notre image aux Etats-Unis".
L'Organisation Mondiale du commerce (OMC) a retardé de six mois l'examen
du différend opposant Kodak à Fuji. Minoru Ohnishi reste confiant en la
justice, les plaintes de Kodak étant, selon lui, sans fondement. Il
n'existe pas au Japon, contrairement à ce qu'affirme Kodak, de
discrimination à l'égard des films des fabricants étrangers. A
l'accusation de Kodak sur le contrôle par Fuji de la distribution, Fuji
rétorque que bien que des contrats aient été passés avec sept grossistes
de premier rang, ils ne sont pas exclusifs et ces grossistes sont
indépendants de Fuji. En revanche, Kodak a des participations financières
dans ses grossistes. De plus, les 200 000 boutiques distribuant au détail
du matériel photo se fournissent librement. Minoru Ohnishi annonce que son
groupe souhaite renforcer la qualité de service et les produits offerts
aux Etats-Unis. Pour cela, plusieurs acquisitions, pour un total de 447
millions de dollars, ont été réalisé l'an passé en Amérique du Nord,
comme celle des laboratoires de développement de Wal-Mart. Fuji qui a
installé un centre de recherche dans la Silicon Valley, produit les films
sur place pour un investissement de 200 millions de dollars. Pour faire
davantage connaître l'image de Fuji aux Américains, le groupe aura recours
à la communication et à la publicité. Si l'APS connaît un vif succès au
Japon, il a en revanche pris un peu de retard aux Etats-Unis et en Europe.
Néanmoins, les ventes démarrent maintenant et la demande sera de plus en
plus importante. En 2000, la majorité des films utilisés seront des films
APS.
(Les Echos - 29/08/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas