Pendant qu’un nouveau virus informatique se répand, la justice américaine durcit le ton

Par 20 mai 2003

Les alertes se multiplient. Une nouvelle fois, les différents sites de veille antivirus demandent aux utilisateurs de se méfier d’un nouveau ver informatique de type « mass-mailer », classé ...

Les alertes se multiplient. Une nouvelle fois, les différents sites de veille antivirus demandent aux utilisateurs de se méfier d’un nouveau ver informatique de type « mass-mailer », classé niveau 1 par F-Secure. Encore plus rapide que ces prédécesseurs, Fizzer et Klez, il utilise de plus « support@microsoft.com » comme adresse d’expédition, crédibilisant le mail grâce à l’image du géant informatique.

Baptisé Palyh ou Mankx/Sodig.B, il circule depuis samedi 19 mai, infecterait 3 500 machines par heure et aurait déjà voyagé à travers 69 pays. Il se met à jour automatiquement via quatre sites Internet, ce qui lui permet de muter ou d’installer des chevaux de Troie. Le fichier joint au mail, un document « .pif » uniquement utilisé pour créer un raccourci, contient le virus et devrait heureusement être repéré par la plupart des systèmes de protection des entreprises.

La justice américaine, déjà peu clémente envers les spammeurs, et encore moins envers les hackeurs qui lancent ce genre de virus, s’attaque aujourd’hui aux escrocs d’Internet, responsables de plus de la moitié des plaintes pour escroquerie enregistrée aux Etats-Unis. Le FBI a déjà interpellé 135 personnes, arrêtées en général pour avoir mis en ligne des publicités mensongères, et saisit 17 millions de dollars. Le nombre de victimes d’une escroquerie sur Internet s’élèverait à 89 000 depuis le 1er janvier 2003, pour un montant total de 176 millions de dollars.

(Atelier groupe BNP Paribas – 20/05/03)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas