La pénurie en spécialistes de l'expérience utilisateur gonfle les salaires

Par 12 juin 2008

Ces profils relativement nouveaux, hautement qualifiés et très valorisés par l'expérience, sont de plus en plus recherchés. Les salaires sont en hausse aux quatre coins du globe.

Le spécialiste de l’expérience utilisateur travaille à l’amélioration de l’expérience du consommateur, client ou internaute. Ce, face à des produits, services, logiciels ou sites Web. Une fonction de plus en plus valorisée par les entreprises, qui réalisent qu’elle est susceptible d’augmenter les ventes et de faire baisser le coût de la relation client, note Forrester Research. L’enquête sur les salaires menée à l’automne 2007 par la Usability Professionals’ Association ne détaille pas seulement la rémunération de ce type de métier. Elle en donne aussi une image plus large. L’étude, menée auprès de mille cinq cents personnes dans plus de trente pays (les deux tiers aux Etats-Unis) couvre une grande variété de fonctions telles qu’architecte de l’information, concepteur d’interface utilisateurs, spécialiste du design centré autour de l’utilisateur, ou encore spécialiste de la facilité d’utilisation. Certaines de ces dénominations n’éclairent pas beaucoup sur ce que le travail recouvre concrètement. Les techniques les plus utilisées révélées par l’étude sont plus parlantes : largement expérimentales, elles incluent des méthodes heuristiques, des tests non formels, des enquêtes utilisateur, ou encore la création d’interfaces, d’outils d’interaction et de prototypes.
Moins de 35 ans, employé par un éditeur de logiciels ou une société de conseil
Plus de la moitié de ces spécialistes a moins de 35 ans, plus de 80 % moins de 45 ans, et l’on trouve grosso modo autant d’hommes et de femmes. Ces professionnels ont un haut niveau d’éducation. 55 % d’entre eux possèdent au moins une maîtrise. C’est par ailleurs un type de fonction essentiellement interne à l’entreprise, puisque 90 % sont employés (la quasi-totalité à plein temps) contre seulement 7 % de consultants indépendants ou prestataires. Seul un tiers a un rôle d’encadrement. Et la grande majorité est fortement concentrée sur un nombre réduit de secteurs d’activités : près d'un tiers des personnes ayant répondu à l’enquête travaillent chez un éditeur de logiciels, un cinquième dans une société de conseil spécialisée dans l’expérience utilisateur, et un peu moins de 10 % dans une agence publicitaire ou de design. Chacun des autres types d’entreprises ne représente pas plus de 3 % des réponses.
Le métier est encore jeune et l'expérience se monnaye
Le salaire annuel moyen, tous pays confondus, dépasse les 80 000 dollars par an. Il a progressé d’environ 5 000 dollars en deux ans - parfois de façon très marquée comme au Royaume Uni et au Canada, où il a grimpé de 15 000 dollars. C’est aux Etats-Unis que l’on trouve à priori les plus hauts salaires, avec une moyenne de près de 100 000 dollars - ils pourraient en fait se trouver en Allemagne, mais ce résultat n’est pas jugé fiable en raison du faible échantillon provenant de ce pays. L’UPA n’ayant récolté que quatre réponses en France, aucune moyenne salariale n’est indiquée pour l’Hexagone. En Espagne, la rémunération moyenne est de 47 300 dollars. Parmi les salaires américains, ce sont ceux des vétérans ayant plus de vingt ans d’expérience qui ont le plus augmenté ces deux dernières années, en passant de 125 000 à près de 140 000 dollars annuels, soit un bond de plus de 11 %. Reste que l’énorme majorité des personnes interrogées n’ont pas plus de dix ans d’ancienneté.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas