Peoplesoft : Craig Conway avoue qu’il a menti aux analystes

Par 05 octobre 2004

Nous annoncions dans la lettre d’hier que Peoplesoft avait débarqué son PDG, Craig Conway, pour le remplacer par son fondateur Dave Duffield (lire à ce sujet notre article du 04.10.2004). Motif :...

Nous annoncions dans la lettre d’hier que Peoplesoft avait débarqué son PDG, Craig Conway, pour le remplacer par son fondateur Dave Duffield (lire à ce sujet notre article du 04.10.2004). Motif : "une perte de confiance dans la capacité de Conway à conduire l’entreprise". 24 heures plus tard, les raisons du limogeage de Conway semblent un peu plus claires. Hier, devant un tribunal du Delaware, le groupe Oracle qui a lancé il y a plus d’un an une OPA hostile sur Peoplesoft, a révélé que Craig Conway avait menti aux analystes financiers. En septembre 2003, ce dernier avait ainsi déclaré que l’opération d’Oracle ne nuirait plus au chiffre d’affaires de son groupe, puisque les clients qui avaient été déroutés par l’OPA sollicitaient de nouveau Peoplesoft. Craig Conway mentait… Il a avoué au cours d’une déposition filmée que ces assertions « n’étai(en)t absolument pas vraie(s) ». Steven Golby, l’administrateur du groupe américain, a fait savoir à la cour que là résidait la raison du limogeage de Craig Conway (qui avait négocié un parachute de 20 millions de dollars, pour l’anecdote). A l’heure qu’il est, de lourds nuages planent au-dessus de Peoplesoft. Maintenant qu’un tribunal a jugé qu’Oracle pouvait poursuivre son OPA et que le ministère de la Justice, qui s’y opposait, a laissé le dossier de côté, cette nouvelle donne n’est pas pour faciliter la tâche de ceux qui s’opposent à l’OPA et qui risquent aujourd’hui de perdre la confiance des actionnaires. (Atelier groupe BNP Paribas - 05/10/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas