PeopleSoft / J.D. Edwards / Oracle : dernières nouvelles du grand imbroglio

Par 25 juin 2003

Après avoir annoncé vendredi 20 juin qu’il rejetait à l’unanimité l’offre publique d’achat (OPA) d’Oracle, qui l’avait pourtant réévalué à la hausse, le conseil d’administration de PeopleSoft ...

Après avoir annoncé vendredi 20 juin qu’il rejetait à l’unanimité l’offre publique d’achat (OPA) d’Oracle, qui l’avait pourtant réévalué à la hausse, le conseil d’administration de PeopleSoft, l’un des plus importants éditeurs de progiciels au monde, a ainsi pu se concentrer sur le rachat de J.D. Edwards, autre acteur du secteur.

Les clients de J.D. Edwards ont exprimé leur approbation quant au projet de fusion des deux entreprises, prévu de longue date et préparé en commun par J.D. Edwards et PeopleSoft, par le biais d’un sondage réalisé par Quest Global auprès des entreprises partenaires de J.D. Edwards. 80 % de ces sociétés se sont déclarées favorables à la fusion, pour laquelle PeopleSoft offre 1,7 milliard de dollars.

A l’inverse, elles se sont majoritairement prononcées contre un rachat de PeopleSoft (et probablement de J.D. Edwards, si l’entreprise est incorporée à PeopleSoft) par Oracle, puisque les offres de deux éditeurs sont redondantes, alors que celle de PeopleSoft et J.D. Edwards sont complémentaires.

Oracle a cependant fait un geste en acceptant le principe de la fusion entre J.D. Edwards et PeopleSoft, condition donnée par ce dernier pour ouvrir une discussion avec le deuxième éditeur de logiciel mondial. Mais l’opération semble difficile à mener à terme, d’autant qu’après le Connecticut, le Texas et la Californie menace de porter plainte contre Oracle pour entrave à la concurrence.

(Atelier groupe BNP Paribas – 25/06/03)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas