La personnalisation fait le succès des radios sur Internet

Par 14 septembre 2009
Mots-clés : Future of Retail

Les agences de média planning se détournent des stations de diffusion terrestre. La raison : les web radios fidélisent rapidement les auditeurs.

Aux USA, les stations de radio terrestre connaissent des heures difficiles. Dans le même temps, les chaînes sur Internet de ce pays attirent publicitaires et internautes, rappelle eMarketer dans une étude. La raison ? Elles sont personnalisables. Les sites les plus populaires, tels que pandora.com ou RKST.org, permettent ainsi aux internautes de créer leur propre station. Selon le cabinet, ce fonctionnement fidélise les auditeurs. Autre avantage des web radios : elles sont susceptible d'être écoutées en streaming depuis un téléphone évolué. Autant de faits qui expliquent pourquoi les annonceurs commencent à transférer une partie de leur budget en ligne.
Une baisse drastique de revenus pour la radio terrestre
Par comparaison, la radio terrestre devrait afficher une baisse de près de 20 % de ses revenus publicitaires en 2009 par rapport à l'année précédente. Et le RAB, bureau américain des annonceurs radio, a annoncé que le premier trimestre 2009 a été le pire qu’ait connu l’industrie en termes de dépenses publicitaires. L'engouement pour les web radios n'explique pas seule la désaffection pour les autres modes de diffusion. eMarketer rappelle que la chute des ventes automobiles a un impact. Notamment parce qu'elle diminue le temps d'écoute des auditeurs qui avaient l'habitude d'allumer leur poste - traditionnel ou satellitaire -  pendant leurs trajets.
Les applications mobiles portent toutes les radios
Selon le cabinet, la radio sur Internet ne mettra cependant pas un terme à la diffusion terrestre ou satellite, mais s'affichera comme complémentaire. Notamment grâce à la généralisation des applications mobiles. Ceux-ci transforment les téléphones portables en récepteurs miniatures de stations terrestres, satellites et web. eMarketer rappelle également les conclusions d'une étude de Knowledge Networks, qui expliquait récemment que malgré la généralisation des lecteurs MP3, du web et de la radio satellite, près d'un cinquième du temps passé quotidiennement à consulter des médias est réservé à l'écoute de la radio.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas