La personnalité d’un robot, facteur clé de productivité ?

Par 28 août 2014 Laisser un commentaire
Robots

Doter les robots de personnalités spécifiques permettrait une meilleure interaction homme-machine en fonction de la tâche à effectuer, facilitant ainsi la productivité.

L’intelligence artificielle et la relation homme-machine en ont inspiré plus d’un, à l’instar du film Her qui met en scène un homme tombant amoureux du système d’exploitation qu’il a installé sur son ordinateur. Aujourd’hui, scénario de science-fiction, il semblerait que la recherche se rapproche de cette possibilité. En effet, à l’intersection des sciences informatiques et des sciences sociales, des chercheurs se penchent sur l’attribution de personnalités à des robots, tout comme chaque être humain est doté d’une personnalité individuelle. Reste à savoir si, avec l’automatisation et la numérisation des tâches en entreprises plus prégnantes, les robots dotés de personnalités pourraient avoir un impact sur la performance et être mieux accueillis que leurs homonymes dénués de personnalité ? C’est en tout cas ce que semblent indiquer les résultats des études de deux universités qui ont fait entrer en contact individus lambda et robots dotés d’attributions humaines.

Des robots extravertis ou plus réservés

Ainsi, des chercheurs de l’Université technologique de Nanyang à Singapour ont mené une étude sur des robots consistant à leur donner à chacun une mission d’infirmière – soins primaires, conseils médicaux basiques – et une mission d’agent de sécurité – surveillance et alerte dans un bâtiment. Pour les deux missions, les chercheurs ont attribué deux personnalités différentes : une extravertie avec un robot qui communique plus, et une plus réservée, avec un robot qui s’exprime plus lentement, etc. L’objectif était d’étudier la réaction des humains face à des robots différents mais accomplissant la même tâche. Ainsi, les résultats ont démontré que pour une mission d’infirmière, le robot à la personnalité extravertie et communicante était préféré, tandis que pour l’agent de sécurité, c’était la personnalité réservée qui correspondait le mieux à la mission. Selon la mission donnée, les gens se sentaient plus à l’aise et en confiance avec l’une ou l’autre personnalité. Ce qui prouve que l’utilisation d’un robot aura plus d’impact si celui-ci correspond à la mission qui lui est attribuée.

Une meilleure performance avec les robots

Si la personnalité des robots aurait un impact conséquent sur les relations avec l’homme, cet aspect interviendrait plus dans un cadre de la vie quotidienne. En entreprise, les robots sont déjà présents et les avantages de l’automatisation des tâches n’est plus à prouver. Mais comment les employés travaillant avec les robots perçoivent-ils cette relation, se sentent-ils menacés ou plutôt confiants ? Ce sont cette fois des chercheurs du MIT du laboratoire d’intelligence artificielle qui ont procédé à une étude pour connaître la satisfaction des employés dans leur travail avec ou sans une présence robotique. Pour une même mission, l’efficacité productive était la meilleure dans une situation entièrement autonome où un robot ordonnait des tâches aux hommes, contre des situations où la présence humaine avait le dessus. En effet, l’algorithme utilisé par les robots permettraient de mieux organiser la planification des tâches et mieux s’adapter aux imprévus tel que le mauvais fonctionnement d’une machine, chose qui nécessiterait plus de temps d’adaptation aux hommes.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas