Pertes plus importantes que prévues pour Bouygues Télécom.

Par 01 février 1999
Mots-clés : Digital Working

Vendredi, dans une interview au Figaro, Vincent Bolloré, ancien actionnaire du groupe, a estimé que le pôle téléphonique du groupe Bouygues est une "sorte de Titanic. Les résultats actuels sont effr...

Vendredi, dans une interview au Figaro, Vincent Bolloré, ancien
actionnaire du groupe, a estimé que le pôle téléphonique du groupe
Bouygues est une "sorte de Titanic. Les résultats actuels sont effrayants".
Détenant 34 % du capital de Bouygues Télécoms, le groupe Bouygues vient en
effet d'annoncer dans un communiqué "Bouygues devrait enregistrer un recul
de 33,7 % de son résultat net part du groupe pour l'année 1998 à 500
millions de F (76 millions d'euros), contre 755 millions de F en 1997 (115
millions d'euros) en raison de l'aggravation des pertes de sa filiale
Bouygues Télécom". L'impact du pôle télécoms devrait peser sur le résultat
de la maison mère à hauteur de 765 millions de F (116,2 millions d'euros)
pour 1998. Sur les comptes de 1999, la facture s'élèvera à 1,3 milliard de
F, soit le double de ce qui était initialement prévu sur les deux
exercices.
Bouygues préfère pour l'instant s'en tenir à son succès commercial, aussi
coûteux soit-il.
Le point d'équilibre, reporté d'un an, est attendu pour 2001 du fait
notamment d'une couverture nationale atteinte plus rapidement que prévue.
(Le Monde - 30/01 - Libération - 30-31/01 - La Tribune - 1er/02/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas