Petit mais costaud...!

Par 25 septembre 2012 1 commentaire
Atome

Il est partout, tout le monde en parle. La découverte d’un nouveau matériau révolutionne toutes les industries actuelles.

Nous aimons écrire des billets sur tous les sujets. Cela tombe bien, il m’est apparu intéressant de vous parler cette nouvelle découverte. Un matériau qui s’appelle la nanocellulose Cristalline alias NCC pour les intimes. Je vais faire appel à toutes vos connaissances chimiques et technologiques.  

«D’ici 2020, cette industrie pèsera 600 milliards d’euros» US National Science Foundation

Votre sens des affaires sera aussi requis. La nanocellulose cristalline (NCC) est produite par la transformation de la pâte de bois. Elle est faite à partir d'un éventail serré de cristaux aciculaires ayant un rapport résistance-poids qui est huit fois plus haut que l'acier inoxydable et en plus il est pas cher. 

Et surtout ! C’est un marché qui va représenter 600 milliard de dollars à l’horizon 2020. "La beauté de ce matériau est qu'il est tellement abondant que nous n'avons pas à le créer», nous déclare Jeff Youngblood de l’université de Purdue NanoForestry institut à West Lafayette en Indiana. «Nous n'avons même pas besoin d'utiliser des arbres entiers; la nanocellulose est à seulement 200 nanomètres de longueur. Si nous voulions nous pourrions utiliser des brindilles et des branches ou même la sciure. Nous sommes en voie de transformer des déchets en or..."

 Ainsi l’armée américaine a déjà fait connaissance avec le produit et souhaite le transformer en gilet pare-balles ultra léger. Une autre entreprise américaine IBM lorgne davantage dessus pour créer des composants d’ordinateur. En plus d’être convoité, résistant, léger, peu cher, facile à exploiter et à caractère durable, il peut remplacer le pétrole dans le plastique. C’est un nouveau marché de niche qui va peser cette fois très mais très très lourd...

 

 

Haut de page

1 Commentaire

Intéressant ! Y-a-t-il déjà une industrie en formation dans ce domaine. la fabrication de chaînes de nanocellulose demande-t-elle des moyens spécifiques importants (Nappes ? Tubes? Fils ?) ? Est-ce que leur qualité dépend du bois dont elles sont issues ? Le but de mon questionnement est de pouvoir imaginer l'extraction, la production, le filage ou le formage en plaques par de petites unités qui seraient une bonne source de développement dans les pays tiers fournisseurs de bois qui pourraient ainsi valoriser les abattages de bois non nobles toujours importants pour accéder aux essences recherchées.

Soumis par galaxie98 - le 21 janvier 2013 à 00h08

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas