Les pirates reconvertis ne sont pas de bons éléments dans les entreprises

Par 23 mai 2005
Mots-clés : Smart city

En septembre 2004, la société allemande SecurePoint annonçait avoir embauché le jeune auteur du virus Sasser, un jeune informaticien particulièrement doué du nom de Sven Jaschan. Pour beaucoup, c'est

En septembre 2004, la société allemande SecurePoint annonçait avoir embauché le jeune auteur du virus Sasser, un jeune informaticien particulièrement doué du nom de Sven Jaschan. Pour beaucoup, c'est comme ça que doivent finir les auteurs de virus : après avoir montré leurs prouesses de programmateurs, ils peuvent être embauchés par des sociétés informatiques qui exploiteront leur talent au service de la protection anti-virus.

Cette vision est-elle la bonne ? Pas nécessairement, à en juger les avis d'experts récoltés par l'Agence France-Presse. Dans une dépêche consacrée à la reconversion des pirates, l'agence rapporte les propos de plusieurs spécialistes affirmant que les anciens hackers ont du mal à s'intégrer dans les entreprises qui les embauchent et peinent à adhérer à leurs valeurs. Simplement parce qu'ils sont habitués à programmer en solo et dans l'ombre...

Pour certains, comme Mikko Hyppoenen, directeur de la recherche anti-virus chez F-Secure, recruter un ancien pirate offrirait une très mauvaise image de marque : "Nos clients ne seraient pas à l'aise avec l'idée que des auteurs de virus manipulent leurs systèmes".

Le cas de Sven Jaschan semble, on peut le dire, une exception. Une exception qui aura tout de même donné des idées à ses confrères pirates. L'un d'eux a eu la brillante idée de s'insinuer dans l'Intranet de l'équipementier Ericsson. Devant la cour qui l'a jugé, ce dernier a expliqué qu'il souhaitait ainsi attirer l'attention du groupe et se faire embaucher pour ses talents d'informaticien. Verdict : trois ans de prison pour "espionnage industriel grave et usage illégal de renseignements secrets". Raté...

(Atelier groupe BNP Paribas - 23/05/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas