Plus de liberté pour les opérateurs du numérique anglais.

Par 20 août 1998
Mots-clés : Future of Retail

Fin juin, l’Independant Television Commission (ITC) a supprimé, à compter du 1er juillet, l’obligation pour les opérateurs du câble et du satellite de vendre l’accès à chacune des chaînes comprises...

Fin juin, l’Independant Television Commission (ITC) a supprimé, à compter
du 1er juillet, l’obligation pour les opérateurs du câble et du satellite
de vendre l’accès à chacune des chaînes comprises dans leur bouquet de
base à au moins 80 % de leurs abonnés. Appelée “minimum carriage
requirement”, cette disposition obligeait les consommateurs à s’abonner à
un bouquet qui pouvait comporter jusqu’à 40 chaînes, avant d’avoir le
droit d’accès aux chaînes à péage et à leurs programmes exclusifs.
Grâce à cette décision, les opérateurs du numérique ont une plus grande
flexibilité et une liberté qui va leur permettre de choisir plus
précisément les chaînes qu’ils veulent diffuser au plus grand nombre de
leurs abonnés.
Réagissant aussitôt, BskyB a adopté une stratégie commerciale agressive
pour lancer sa plateforme numérique, l’ITC lui permettant ainsi de moduler
les niveaux d’accès à son offre de programmes.
Toutefois, cette décision de l’ITC compromet l’avenir des petites chaînes
qui, n’ayant plus la garantie d’être diffusée dans au moins deux millions
de foyers, ne seront peut-être plus en mesure d’attirer les annonceurs
publicitaires.
Ainsi, reprochant à l’autorité de régulation “d’abuser de son pouvoir”,
le câblo-opérateur et éditeur des chaînes thématiques UK Living et Bravo,
Flextech a pris la décision d’assigner en justice l’autorité de
régulation.
(La Tribune 21/08/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas