Les PME britanniques encore peu soucieuses de leur présence sur la Toile

Par 06 septembre 2010
Mots-clés : Smart city

Outre-Manche, seule une entreprise sur dix met quotidiennement à jour son site. Et rares sont les responsables qui prennent le temps de perfectionner leur plate-forme en ligne.

Les petites et moyennes entreprises britanniques ne font pas suffisamment attention à la manière dont elles se présentent sur la Toile, affirme Streamline.net, spécialisée dans l'hébergement de sites. Les chiffres qu'elle publie dans un rapport sont sans appel : seules 10 % des PME mettent régulièrement à jour leur site - une sur quatre affirmant ne le faire qu'une fois par mois. Les responsables interrogés ne trouvent pas le temps de s'occuper des problèmes techniques rencontrés par les internautes de passage sur leur plate-forme en ligne. Ainsi, plus de la moitié des participants à l'étude, à la tête d'une PME britannique, s'attellent "peu fréquemment" aux dysfonctionnements techniques de leur plate-forme web.
Des progrès à fournir en matière de e-marketing
Un problème de temps, mais aussi d'argent. Selon les experts, les investissements des petites et moyennes entreprises dans les infrastructures Internet sont souvent modestes. A titre d'exemple, un tiers des sociétés britanniques ne possède qu'un seul nom de domaine. Par ailleurs, dans leur étude, les analystes insistent sur les progrès qui restent à fournir en matière de e-marketing et de e-commerce. "De façon alarmante, près de la moitié des entreprises (48%) n'effectue aucune opération de communication sur les sites de recherche en ligne", soulignent les auteurs. Et un tiers des PME est dans l'incapacité de quantifier la popularité de son site.
Les enjeux de l'e-réputation encore méconnus
Un chiffre qui met en lumière la méconnaissance d'une partie des responsables quant aux enjeux de l'e-réputation, selon Streamline. "Des éléments essentiels comme l'utilisation de moteurs de recherche et d'outils de mesure en ligne peuvent changer la donne pour un site", précise Claire Lewis, responsable de l'étude. Pour de nombreuses structures professionnelles, une prise de conscience généralisée permettrait d'augmenter la visibilité de leurs sociétés, et avec elle la fréquentation de leurs sites par les internautes. L'étude de Streamline a été menée auprès de plus de 2400 professionnels britanniques, responsables d'une PME.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas