Les PME misent sur les médias sociaux pour leur marketing

Par 02 novembre 2010
Personnages bleus reliés entre eux

Les petites structures prévoient d'augmenter les budgets attribués pour communiquer sur les plates-formes collaboratives l'année prochaine. Autres priorités : l'envoi de mails commerciaux et l'amélioration de leur site.

Les petites et moyennes entreprises prévoient d'augmenter leur budget marketing en 2011. Particulièrement dans l'amélioration de leurs sites web pour près d'une sur cinq, dans l'envoi d'e-mails marketing (15 %) et dans les médias sociaux (13 %), selon un sondage mené par GrowBiz Media et Zoomerang. Cette dernière stratégie se généralise de plus en plus auprès des entreprises "qui incorporent les pratiques sociales des médias dans leurs objectifs de développement", expliquent les responsables de l'enquête. Ce, au dépend des supports traditionnels : télévision, radio, ou encore publicités online. Seules 3 % des entreprises attribueront une hausse de leur budget aux deux premiers, et 9 % au troisième. Contre 4 % qui annoncent une diminution pour l'année à venir.

Des médias sociaux qui facilitent le "bouche à oreille"

Dans le détail, plus d'un tiers des entreprises interrogées ont indiqué qu'elles utilisaient d'ores et déjà les médias sociaux dans leur stratégie marketing. Particulièrement celles ayant à leur tête des responsables de moins de trente ans. En tête de liste des réseaux sociaux les plus adoptés par les PME, il faut citer Facebook, qui est utilisé par 80 % des structures professionnelles. Le site est suivi par LinkedIn (plus de 35 %)  et Twitter (moins de 30 %). Selon l'étude, l'un des critères qui explique cet engouement est que pour ces petites entreprises, les médias sociaux engendrent un bouche à oreille dont elles sont friandes.

Les solutions marketing online plus adaptées aux budgets des PME

Autre chose : ces solutions marketing online sont adaptées à des budgets serrés. Plus de la moitié des petites et moyennes entreprises interrogées ont un budget dédié à la publicité de moins de mille dollars, une sur cinq de mille à neuf mille dollars. Enfin, si plus de la moitié des responsables interrogés indiquent que leur entreprise possède un site, tous n'ont pas la même utilité. Ainsi dans 80 % des cas, ces interfaces ont une fonction informative, 45 % d'entre eux proposent des services et un tiers remplit principalement une fonction de e-commerce. Plus de 750 entreprises américaines ont été interrogées au cours de l'enquête.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas