Le podcast motive les collégiens américains à apprendre leurs leçons

Par 20 octobre 2005

L'iPod serait-il le bienvenu en classe ? Une enquête du Washington Post dévoile la manière dont les professeurs utilisent les podcasts dans leur enseignement. Pourquoi bannir l'iPod des collèges...

L'iPod serait-il le bienvenu en classe ? Une enquête du Washington Post dévoile la manière dont les professeurs utilisent les podcasts dans leur enseignement. Pourquoi bannir l'iPod des collèges s'il est si populaire ? Certains enseignants ont trouvé comment l'utiliser à bon escient.

A l'école élémentaire de Jamestown dans l'Arlington, Camilla Gagliolo, coordinatrice des usages de la technologie à l'école réalise, avec les élèves des podcasts. "On a lu des passages des livres qu'on aimait. On a mené des interviews. Les enfants de partout auront envie de nous écouter", raconte, enchanté Mohamed El-Sayed, un élève de dix ans.

Une étude a montré que 61 % des étudiants ont un lecteur MP3 soit 40 % de plus qu'au printemps. "C'est une technologie qu'ils utilisent au quotidien. Si les écoles veulent toucher les élèves d'aujourd'hui, ils ne peuvent pas l'ignorer", commente Don Knezek, directeur de l'International Society for Technology in Education.

Les universités ont été les premières à intégrer l'usage du podcast. Les cours et conférences étaient enregistrées et transformées en podcasts. Maintenant, les professeurs vont bien au-delà. Des lycées de East Oakland, en Californie ont fait des portraits vocaux, en anglais et en espagnol, des problèmes de leurs communautés. "C'est dur de voir quelqu'un mourir devant ses yeux".

Les professeurs l'ont compris : le fait que cette technologie soit à la mode et la possibilité d'élargir l'audience de son travail sont des facteurs très motivants pour un élève. "Mes étudiants recherchent mieux, lisent plus, écrivent mieux", conclut Beth Sanborn, professeur d'une école où les élèves réalisent des podcasts depuis le printemps dernier.

Le podcasting ravit les parents qui peuvent écouter le travail de leurs enfants au quotidien. "L'idée est géniale : je peux écouter ce que ma fille fait et nous pouvons le dire à ses grands-parents pour qu'ils l'écoutent de là om ils sont", explique la mère d'une enfant de dix ans de l'école de Jamestown.

(Atelier groupe BNP Paribas- 20/10/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas