La Pologne réagit face à la brevetabilité logicielle, tandis que FT et Sage y investissent !

Par 18 février 2005
Mots-clés : Europe

Avec près de 9 millions d'internautes sur plus de 38 millions d'habitants, la Pologne est un pays de plus en plus connecté à Internet. France Télécom a parié sur...

Avec près de 9 millions d'internautes sur plus de 38 millions d'habitants, la Pologne est un pays de plus en plus connecté à Internet. France Télécom a parié sur cette croissance des usages numériques en portant au mois de janvier dernier à 47,5 % sa participation au capital du principal opérateur polonais TPSA.
Nouvel arrivant dans l'Europe des 25, la Pologne a par ailleurs fait entendre sa différence et son courage en bloquant l'adoption formelle du texte sur l'extension de la brevetabilité logicielle qui devait être ratifié, sans discussion, lors du conseil des ministres de l'agriculture consacré à la pêche (sic) ! D'autre pays ont suivi sa démarche, bien que la France reste muette sur le sujet.
L'un des arguments forts de la Pologne en faveur du logiciel libre, c'est la protection des investissements informatiques auxquels doivent consentir les PME… L'argument peut faire mouche. Cela n'empêche pas la Pologne de posséder des éditeurs de progiciels très performants, à l'instar de la société Matrix.pl éditrice de la solution de gestion Symfonia, conçue pour les PME.
Dégageant un bénéfice annuel de 1,15 millions d'euros, la société a été rachetée cette semaine par le groupe informatique Sage, pour une somme de 10,3 millions de livres sterling, soit 14,9 millions d'euros, selon les chiffres de la banque centrale européenne, à la mi-février.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas