La popularité d'un contenu Web se joue dès sa mise en ligne

Par 05 novembre 2008
Mots-clés : Smart city

La qualité d'un contenu ne décide pas seule de son succès sur les plates-formes communautaires. De nouveaux modèles prédictifs très rapides devraient faciliter la gestion des productions.

La popularité d'un contenu mis sur Internet n'a rien d'aléatoire et peut être prédite avec une certaine précision dès sa mise en ligne, annonce une équipe des laboratoires de recherche de HP. Cela tombe bien. La production du contenu généré par les internautes ou les professionnels connaît une croissance exponentielle. Mais seul un petit nombre de ces productions est réellement remarqué et mis en avant par les internautes, souvent responsables de la classification des contenus sur les sites de partage. Une classification certes faite en fonction de la qualité d'un contenu mais qui, dépendant de critères humains, est faillible. C'est pour palier à cet aléa que les scientifiques ont mis au point trois modèles.
Mieux cibler publicités et créations
Ceux-ci analysent le nombre de fois où une vidéo ou un texte est vu ou pour lequel les internautes ont voté, ce à plusieurs intervalles de temps. Ils mettent ainsi au point un modèle prédictif sur la popularité de ce même contenu sur le long terme. Le procédé pourrait aussi être réutilisé par les annonceurs pour mesurer l'impact d'une publicité ou pour mieux la monétiser par exemple. Ceci est également valable pour n'importe quelle entreprise productrice de contenu qui souhaite trouver les endroits et les supports les plus appropriés à l'affichage de ses produits. Pour tester leurs logiciels, les responsables du projet se sont penchés sur deux portails de partage de contenu, Digg et YouTube. Dans le cas de Digg, ils se sont rendus compte qu'une analyse lors des deux premières heures donnait des prédictions fiables sur trente jours.
Choisir son heure et son jour pour intégrer
Pour atteindre la même précision sur YouTube, il est nécessaire de suivre le degré de popularité des vidéos dix jours après leur mise en ligne. Principale explication : les deux sites proposent des modes de consommation différents. Le contenu sur Digg est très vite périssable, alors qu'une vidéo sur la plate-forme de partage peut rester longtemps populaire, surtout si elle profite d'un buzz. Malgré ce que l'on pourrait penser, l'étude d'un contenu sur le long terme reste moins fiable que celle accomplie sur les deux premières heures. Autre conclusion, qui peut paraître une évidence, mais qui doit cependant être prise en compte : certaines heures, mais aussi certains jours voire certaines saisons sont plus propices que d'autres à une mise en ligne remarquée sur les deux sites. La description technique des modèles de prédiction peut être trouvée à cette adresse.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas