La popularité des sites, un critère de classement biaisé ?

Par 13 février 2012 2 commentaires
flèches

Le nombre de liens hypertextes qui pointent vers un site Internet ne correspond pas forcément au flux de clics sur ces sites. Les internautes surfent de sites en sites selon d’autres critères, d'ordre culturel et local.

 

Et si l’algorithme de classement des résultats de recherche de Google n'était pas pertinent pour rendre compte de la popularité réelle d'un site ? Le critère le plus connu du moteur de recherche est celui-là : plus le nombre de liens hypertextes pointent vers un site Internet, plus ce site sera placé haut dans le classement. Or, deux chercheur, Robert Ackland et Lingfei Wu*, ont mené une étude qui remet en cause ce modèle : les internautes s’adonnent à la "navigation préférentielle", surfant de site en site en fonction de critères essentiellement culturels et localisés, pas en suivant les liens proposés par les sites. Les scientifiques ont mené une étude sur 980 sites Internet figurant parmi les 1000 plus fréquentés du Web en novembre 2010, selon les statistiques de Google.  Ce qui représente, pour les chiffres, un réseau 15907 liens hypertextes et 12008 flux effectifs de clics d’internautes menant d’un site à un autre.

La "navigation préférentielle"

Premier constat : seulement 2580 liens pointant d’un site vers l’autre se retrouvent dans les flux. En clair, le surf réel des internautes ne correspond à la navigation proposée sur les sites par les webmasters qui les ont conçus. Les chercheurs ont découvert que les internautes se répartissaient sur les sites en six communautés linguistiques (polonaise, coréenne, chinoise, russe, japonaise et reste du monde). A chaque communauté son groupe de sites privilégiés. C’est ce que Robert Ackland et Lingfei Wu appellent la "navigation préférentielle" : les internautes ne suivent pas du tout les liens entre sites tels qu’ils ont été tissés par les webmasters mais surfent en fonction de critères locaux et linguistiques. C’est pour cela que la navigation repose bien plus sur des moteurs de recherche locaux (baidu, yahoo.co.jp, yandex.ru, naver.com, google.com) que sur des clics sur des liens hypertextes.

Remise en cause d’un modèle

Concrètement, on observe que la manière principale de surfer consiste, pour les internautes, à utiliser un moteur pour trouver un premier site puis à retourner sur le moteur pour chercher d’autres sites plutôt que de passer de sites en sites. Les chercheurs ajoutent même que, s’ils se sont basés sur le critère de la langue uniquement pour arriver à ces conclusions, d’autres critères façonnent la navigation, comme la culture ou l’économie. Ce constat remet sérieusement en question le principe des résultats de recherche basés sur les liens hypertextes et révèlent une vraie différence de conception du Web entre les webmasters et les simples internautes. Mais les deux chercheurs estiment que, peu à peu, l’écart entre les deux va se réduire et que la "navigation préférentielle" va finir par être intégrée par les webmasters comme composante essentielle de la structure du Web.

*Robert Ackland de l’Australian Natioanl University et Lingfei Wu de l’université de Hong Kong

Haut de page

2 Commentaires

L'idée de cette étude est intéressante, toutefois je ne pense pas que les webmasters aient une vision différente de celles des internautes. Si Google utilise le critère du nombre de lien, les webmasters tissent un réseau pour profiter de ce critère.

De plus le raisonnement de base chez Google est logique > plus il y a de liens externes pointant vers un site, plus ce site est recommandé, plus il est interessant de la placer haut dans les SERP (de même pour les interractions sur les réseaux sociaux)

Soumis par Jean baptiste (non vérifié) - le 14 février 2012 à 14h52

D'accord avec seriziat.jb. Même si l'internaute ne clic pas sur ce lien, le webmaster indique que le site auquel il se lie a pour lui de l'importance. Il est donc logique que les moteurs de recherche, dont google, prennent en compte le critère du nombre de backlinks et de la qualité des backlinks.

Soumis par monsieurdeutsch (non vérifié) - le 16 février 2012 à 09h35

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas