Les portables deviennent émetteur/récepteur de contenu

Par 20 juin 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

PodNet transforme les mobiles en antennes. Ils détectent chez les appareils membres du réseau la présence de podcasts et autres contenus susceptibles d'intéresser leur propriétaire. Puis le téléchargent automatiquement.

Des portables capables de communiquer sans-fil entre eux pour former un réseau de distribution de contenus entre utilisateurs. C'est ce que souhaite réaliser le projet PodNet. Mené par l'ETH Zurich et le KTH de Stockholm, il consiste à former une flotte de téléphones aptes à transmettre des fichiers - podcasts, vidéos YouTube, photos, contenu généré par l'utilisateur final - à tous les membres du groupe par Wi-Fi. "Cela signifie que les appareils peuvent communiquer entre eux sans avoir besoin de passer par le réseau d'un opérateur", explique à L'Atelier Vincent Lenders, l'un des responsables du projet. Le tout rapidement, sur le mode du peer-to-peer. Les utilisateurs inscrivent le nom des fichiers qu'ils souhaitent obtenir. Quand plusieurs membres du réseau se retrouvent au même endroit (arrêt de bus, parc, rue...), le logiciel identifie les contenus proposés et télécharge automatiquement ceux souhaités par le propriétaire du mobile.
Du Wi-Fi plutôt que du Bluetooth
Il est également possible de consulter les fichiers proposés par les individus alentour et de faire sa sélection. "Nous aurions aussi pu proposer le téléchargement par Bluetooth, mais le temps de connexion avec ce système est plus long", souligne le chercheur. Et d'ajouter : "Les possibilités de téléchargement sont ainsi moins nombreuses, comme le fait de pouvoir uploader le contenu proposé par une personne croisée brièvement dans la rue". Reste que le système n'est pas encore à même d'être proposé à grande échelle. "Nous devons encore clarifier plusieurs questions d'ordre technique et législatif", précise ainsi Martin May, un autre participant au projet. Les chercheurs doivent par exemple trouver un moyen pour qu'aucun spam ne circule via la plate-forme, mais également améliorer l'interface utilisateur, peu pratique.
Décrypter la structure des réseaux sociaux
Malgré cela, Vincent Lenders reste convaincu de l'utilité d'un tel réseau : "Les telcos sont intéressés par ce type de dispositifs. Il leur permettrait de proposer à leurs clients des solutions pour accéder et échanger des données comme celles qui circulent sur Facebook". Pour vérifier la stabilité de PodNet, les scientifiques profitent de l'Euro 2008 : les propriétaires d'un mobile compatible avec les réseaux locaux sans-fil (WLAN) sont invités à partager des vidéos et autres documents avec l'ensemble du réseau. Si ce premier test d'envergure est un succès, l'expérience sera renouvelée à l'échelle de tout l'ETH Zurich, avec un millier de participants. A noter : en développant leur architecture, les scientifiques cherchent à atteindre un autre but, sociologique celui-ci. Le dispositif devrait en effet leur permettre d'étudier le comportement social des utilisateurs et leurs habitudes en matière de mobilité. Ce, sans récupérer aucunes données permettant d'identifier les utilisateurs, précisent-ils.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas