Les portables se portent bien.

Par 04 février 1999
Mots-clés : Smart city

Selon Dataquest, 15 % des PC portatifs vendus en 1998 en France l'ont été via la grande distribution. Cette proportion devrait passer à 25 % en 1999. De quoi faire réfléchir tous les grands constr...

Selon Dataquest, 15 % des PC portatifs vendus en 1998 en France l'ont été
via la grande distribution. Cette proportion devrait passer à 25 % en
1999. De quoi faire réfléchir tous les grands constructeurs qui se
contentaient jusqu'ici de proposer aux particuliers les mêmes modèles
qu'aux entreprises.
Depuis le début de l'année, Toshiba, le numéro un mondial du genre, ajoute
à ses nombreux modèles destinés aux pro, deux portatifs dédiés aux
particuliers, les Satellite 2520 CDS et CDT. Tous deux disposent de
lecteurs de disquettes et CD-Rom 24 X, de disque dur de 4 Go, d'un
modem. Ils se différencient par l'écran (3 pouces à matrice passive ou
12,1 pouces à matrice active), la taille mémoire (32 ou 64 Mo) et le prix
(12 000 et 14 000 F TTC). Pour la première fois, Toshiba fait des
infidélités à Intel en privilégiant le K6-2 d'AMD à 300 MHz comme
processeur.
Les Satellite sont couplés avec des "packs de bienvenue" qui permettent de
s'offrir une imprimante Epson Stylus Color 440 par exemple pour 100 F de
plus. Côté logiciels, l'offre ne propose que Windows 98, Works 4.5 et des
utilitaires.
Spécialiste du PC de bureau domestique, Packard Bell lance également ses
premiers portatifs, les Easy Note, bien mieux fournis en logiciels (35
titres). Tout en bénéficiant d'un équipement également complet, ils sont
un peu plus chers que les Satellite de Toshiba, entre 14 000 et 19 000 F
TTC. Leurs écrans sont tous à matrice active, en 12.1 et 13.3 pouces.
Leurs processeurs sont des Celeron 266 avec mémoire cache et Pentium II à
266 et 300 MHz.
(SVM - février 1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas