La Poste aussi veut jouer son rôle dans l’Internet des objets

Par 12 juin 2015
La Poste se lance dans l'IoT

Le groupe postal français vient d’annoncer sa participation à la Cité de l’objet connecté à travers un concours pour faire progresser l’IoT. Mais La Poste n’est pas la seule à se positionner sur ce créneau.

L’Internet of Things (IoT) n’en finit pas d’attirer les entreprises. Après Apple et Orange pour ne citer qu’eux, La Poste se lance dans l’aventure IoT. Le groupe vient de profiter de l’inauguration de la Cité de l’objet connecté pour annoncer ce jour sa participation au projet. La Poste va en effet devenir actionnaire de la cité et faire profiter aux start-up présentes de sa plateforme lancée en mai : le Hub numérique. Mais c’est avant tout pour faire progresser son programme « French IoT » que La Poste s’associe à la Cité de l’objet connecté d’Angers.

Le concours « French IoT » a été lancé en mai par la filiale du groupe : Docapost. La branche propose aux start-up de mettre au point un objet connecté innovant. Parmi les participants, 100 seront sélectionnés puis une quinzaine d’entre eux bénéficieront du soutien plus avancé du groupe. Les objets connectés créés devront ainsi exploiter la plateforme mise en place par l’entreprise : le Hub numérique. Une plateforme ouverte qui supportera ainsi le back office des objets connectés mis au point par les entrepreneurs de toute la France. « Nous avons vocation à être universels » nous explique Jérôme Toucheboeuf, directeur de l'innovation de la branche numérique de La Poste

« Les start-up sont identifiées en local, développées au niveau national et présentées à l’international » 

Le projet se veut également un tremplin pour faire passer les 15 start-up élues du niveau régional à l’international. Des start-up « identifiées en local, développées au niveau national et présentées à l’international » explique Jérôme Toucheboeuf. Les projets finalistes seront en effet présentés au prochain CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas et bénéficieront d’un soutien financier de La Poste.

Mais la véritable spécificité du programme tient surtout à son caractère ouvert. L’idée est de mettre en place une plateforme universelle sur laquelle tous les objets connectés puissent se greffer. De cette façon, on pourra « faire interagir les objets entre eux, lier un store connecté à un thermomètre ou à un capteur de luminosité connecté par exemple » détaille le directeur de l'innovation. Le programme pourrait ainsi créer des synergies entre différentes start-up et entre les « things » de l’IoT. D’autres projets poursuivent déjà ce même objectif mais selon Jérôme Toucheboeuf celui de La Poste se distingue : « la différence c’est l’ouverture et la confiance que peut susciter La Poste en matière de sécurité des données notamment ».

                                     La Poste se joint à la Cité de l'objet connecté d'Angers.

Un point de vue qu’il aura l’occasion de confronter à ceux d’Orange et d’ERDF lors de l’émission L’Atelier numérique de ce samedi après-midi. Orange qui lance également sa solution pour encourager l’innovation dans l’IoT en partenariat avec Alcatel-Lucent. Les deux entreprises de télécom proposent en effet un kit 4G pour les start-up. Un dispositif qui permettra aux entrepreneurs de tester leurs produits directement sur le réseau Orange grâce à un ensemble d’outils hardware (mini-ordinateur, carte SIM, etc.) et du software (solutions dans le cloud). Les start-up de l’IoT ne sauront donc bientôt plus où donner de la tête.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas