Le potentiel d'innovation d'une entreprise, lié aux relations entre ses membres ?

Par 20 décembre 2012 Laisser un commentaire
innovation en entreprise

Dans les entreprises où les responsables des conseils d'administration semblent cultiver des relations plutôt amicales, il semble que plus de brevets soient enregistrés.

La force des relations amicales tissées entre les différents membres qui composent les conseils d'administration des entreprises serait liée au potentiel d'innovation de ces dernières. Selon Jun-Koo Kang, Wei-Lin Liu, Angie Low, et Le Zhang*, qui ont publié dans "Friendly Boards and Innovation", les compagnies dans lesquelles les individus du conseil seraient en termes dits amicaux enregistreraient plus de brevets liés à la R&D. Cela, notamment parce que la cordialité entretenue améliorerait le transfert d'informations et du coup la prise de décisions éclairées. Pour examiner comment ces derniers affectent la performance des entreprises dans les activités d'innovation, ils ont en fait pris en compte les relations sociales des PDG et des administrateurs. C’est-à-dire les connexions résultant d’une formation scolaire commune et d’activités non professionnelles comme unité de mesure. En fait, les chercheurs ont réalisé cette étude en se basant sur 29 340 entreprises sur l’année. Ils ont utilisé une base de données appelée Boardex. Celle-ci fournit des informations sur les cadres et les administrateurs comme leur historique d’éducation, de carrière et leur adhésion à des entreprises à but non lucratif comme les clubs de golf, les conseils universitaires, les organisations caritatives, les fraternités. Puis, ils ont ensuite relier le chef de la direction à son directeur s’ils ont été dans la même école, ou s’ils ont été membres de la même organisation à but non lucratif.

Un constat à prendre avec du recul

Selon eux, les entreprises dont les personnes sont liées à plusieurs niveaux créent davantage de brevets et de citations de brevets. Un constat intéressant mais à prendre seulement au niveau de l'idéal qu'il véhicule. En effet, les relations de véritable amitié entre individus restant difficiles à évaluer de manière empirique. Et d'importantes connexions ne préjugent pas forcément de liens véritables. Pour les chiffres, les chercheurs ont enregistré que les conseils d'administration dont les membres sont liés publient environ un quart de brevets de plus que les autres lorsque l'entreprise appartient à un secteur innovant, comparativement à seulement 7% lorsque l'entreprise appartient à un secteur non-innovant. De même, les comités amicaux augmentent le nombre de citations de brevets de près de 35% pour les entreprises où les possibilités d'innovation sont abondantes comparativement à seulement 12% pour les entreprises d’autres secteurs.

Comités amicaux, vecteurs d’innovation

L’étude révèle également que les effets positifs des conseils aux liens amicaux sur les activités d'innovation sont plus prononcés lorsque les administrateurs externes ont plus d'expertise dans d’autres industries, lorsque les besoins des entreprises en matière de conseil sont plus élevés, ou lorsque les entreprises opèrent dans des secteurs où les opportunités d'innovation sont abondantes. Leurs résultats défendent l’idée selon laquelle dans les comités amicaux les administrateurs auraient moins un rôle de contrôle que de conseillers auprès des chefs d'entreprise. Enfin, les chercheurs ont remarqué que les entreprises connectées ont un rendement en innovation significativement plus élevé que les entreprises non connectées. Les entreprises connectées ont en moyenne 29 brevets alors que les entreprises non-connectées n’en ont que 6.

 

*de la Nanyang Technological University de Singapour, et de l'université de New South Wales à Sydney

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas