Quel potentiel pour les recherches locales via Internet ?

Par 16 avril 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

Avec le Net, le monde est plus que jamais un village. Créée en 1998, la société Mirago a levé 5 millions de Livres Sterling en 2000, notamment auprès du groupe Johnson Press, spécialiste de la presse régionale britannique. Issu d'une technologie

Michael James – European Business Manager, chez Mirago

Avec le Net, le monde est plus que jamais un village. Créée en 1998, la société Mirago a levé 5 millions de Livres Sterling en 2000, notamment auprès du groupe Johnson Press, spécialiste de la presse régionale britannique. Issu d’une technologie d’indexation des systèmes de bases de données, Mirago a conçu son offre pour devenir un moteur de recherches locales sur Internet, en Grande-Bretagne, puis en France, en Allemagne et en Espagne. L’Atelier a souhaité faire le point sur cette société au positionnement original.
Atelier – Michael James, bonjour. Vous êtes le responsable du développement commercial de Mirago en Europe. 25 % des recherches d’achat sur Internet concernent des commerces locaux, d’où la pertinence à moyen terme de votre positionnement. Mais Google lance déjà un système de recherche locale, comment vous démarquez-vous dans ce secteur très spécifique ?
Michael James (Mirago) - Bonjour. Comme vous le rappeliez, le secteur de la recherche des offres locales (médias, commerce) par Internet est en plein essor. Dans ce marché, Mirago se distingue par une technologie d’indexation éprouvée qui utilise les bases de données des fournisseurs d’accès et des hébergeurs pour localiser les sites, en fonction de la région, du département, et des grandes localités. Nous pratiquons par ailleurs le géo ciblage ou la localisation des internautes via l’adresse IP de leur ordinateurs. Grâce à ces technologies, ainsi qu’à l’historique de ces indexations qui sont renouvelées chaque mois, nous sommes en mesure de proposer à l’internaute des outils de recherche locale sur le web très performants.
Atelier – Mirago a un positionnement original, mais Google, Yahoo, MSN et AOL, dominent de plus en plus le marché de la recherche sur Internet. En novembre dernier, ils représentaient 94 % des recherches effectuées par les internautes américains. Cette position les amène à intensifier la diversification de leurs services, en souhaitant eux-mêmes développer de nouveaux services (Google) ou en rachetant d’autres sociétés (Yahoo!). Mirago pourrait-il se faire racheter ?
Michael James (Mirago) – On lit parfois certaines rumeurs à ce sujet sur les forums, mais je puis vous confirmer qu’aucun entretien n’ont eu lieu. Nous sommes dans une logique de développement européen. La Grande-Bretagne a atteint son point d’équilibre financier à l’exercice 2002/2003, la France et l’Allemagne se développent assez bien, nous visons aussi des pays à fort potentiel comme l’Italie et/ou les Pays-Bas.
Atelier – Vos revenus suivent-ils ces ambitions ?
Michael James (Mirago) – Son point d’équilibre financier a été atteint en Grande-Bretagne au cours de l’exercice 2002/2003. Entre mai 2003 et janvier dernier, nous avons réalisé un chiffre d’affaires mensuel de 220 000 £, soit 330 000 € par mois. Ces résultats représentent une croissance de 20 % de notre chiffre d’affaires. Les offres qui ont le plus contribué à ce résultat sont : les liens promotionnels, avec un principe de « pay per clic », les médias régionaux en sont friands ; ainsi que ce que nous appelons les « hosted indexing », autrement dit nos propres technologies d’indexation intégrées en marque blanche sur des sites au contenu particulièrement dense.
Atelier – Votre présence commence à s’étendre sur le web européen. Quelles spécificités avez-vous remarquer au sein des différents pays où Mirago est implanté ?
Michael James (Mirago) – Si nous localisons, les internautes par l’adresse IP de leur ordinateur pour leur offrir des services localisés, nous ne pratiquons naturellement aucun web tracking. Donc, les informations que nous possédons sur les spécificités nationales concernent le nombre de pages web que nous recensons. Ainsi, on compte : 75 millions de pages web recensées en France par Mirago, 175 millions en Grande-Bretagne, et plus de 200 millions de pages en Allemagne où le web local est particulièrement actif !

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas