A la poursuite du Retour vers le Futur

Par 13 septembre 2010
Mots-clés : Asie du Sud

« I believe I can McFly !!! ». Après « Just do it » et après... « Just do it », voilà qui pourrait être la nouvelle accroche de Nike. Une accroche pour geek cinéphile, sur un marché de niche, mais une accroche tout de même. Car dans les années 80, quand Bob Zemeckis n'était pas lancé à la recherche d'un diamant vert ou de Roger Rabbit, le bon Bob nous concoctait des Retour vers le Futur (I et surtout II) à faire pâlir plus d'une franchise hollywoodienne.

Une saga cousue main pour un vieux savant fou, Emmett « Doc » Brown (Christopher Lloyd) , son ami ado, Michael J.Fox alias Marty McFly et leur machine à remonter (ou à voyager dans) le temps, une DeLorean DMC-12, oui, oui, excusez du peu. Passons vite sur le premier épisode qui bien que divertissant, n'aura pas soulevé les ardeurs du geek.

Non, le vrai fantasme du gadgetomane se trouve dans le second volet. A première vue, il ne s'agit que d'une (banale?) paire de baskets portée par Marty, mais à première vue seulement, car la chaussure est auto-laçante...Oui, le correcteur d'orthographe fait la moue, on le comprend, mais en même temps, il est parfois bon d'inventer des mots pour des choses qui n'existe pas, ou plutôt, pas encore.

Car Nike vient de déposer un brevet de baskets auto-laçantes, agrémentées de petites lumières LED. De là à voir l'objet commercialisé en 2015, comme dans le film, il n'y a qu'un pas que l'on aimerait franchir allègrement. Voilà, en tout cas qui va faire le bonheur des fans.

De son côté, Michael J.Fox, ne comptera peut-être pas parmi les premiers clients. L'acteur, atteint de la maladie de Parkinson, multiplie depuis plusieurs années les voyages au royaume du Bhoutan. Un petit pays de 680 000 âmes, où le niveau de vie se mesure à l'aune du BNB (comprenez le « bonheur national brut »). Et où, allez savoir pourquoi, aux dernières nouvelles, Nike n'aurait pas encore décidé d'y implanter l'une de ses usines.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas