La précision, nouveau maître-mot des start-up de la cuisine

Par 30 juillet 2015 5 commentaires
Les start-up veulent transformer le consommateur en chef étoilé

Quand les start-up repensent la cuisine de demain, cela passe par de nouveaux outils technologiques toujours plus précis. Le tout pour une cuisine au millimètre, comme les chefs.

Le projet Pantelligent a réuni plus de deux fois la somme voulue sur Kickstarter. Cette poêle intelligente entame donc sa phase de test soutenue par l’incubateur américain Y Combinator. Conçu par la start-up californienne éponyme, Pantelligent, l’outil peut sembler gadget a priori. Il révèle en réalité une nouvelle tendance des jeunes pousses de la food tech : la cuisine de précision.  L’ustensile permet en effet de suivre en temps réel la température de la nourriture en phase de cuisson. Une application dédiée accompagne même l’utilisateur à chaque étape de la recette en lui indiquant, par exemple, quand retourner son steak.

Dans la même veine, plusieurs outils ont vu le jour l’an dernier. Belkin s’est associée à la jeune entreprise canadienne Crock-Pot pour mettre au point une mijoteuse intelligente contrôlée par le smartphone. La température des aliments est ainsi maîtrisée du début à la fin. Mais d’autres vont encore plus loin dans la précision. C’est le cas de la start-up iDevices. Après avoir lancé un premier objet de mesure de cuisson connecté, un thermomètre culinaire, l’entreprise américaine s’attaque au grill et a mis au point un thermomètre connecté adapté. iDevices tente ainsi de transformer le barbecue en science.

Grâce à ces deux types de thermomètres connectés, le chef en herbe peut vérifier la température de ses aliments en temps réel sur son smartphone – avec des alertes lorsque le plat est prêt  –  transformant la cuisine en véritable laboratoire de précision.

Devenir un chef… sans rien faire

Avec ces nouveaux outils, le consommateur devient presque un chef dans sa cuisine. Un objectif que poursuit très clairement June avec son four connecté qui promet « la qualité d’un restaurant à la maison ». La start-up suit un peu le même modèle que ces consœurs de la food tech : une application permet de contrôler le processus de cuisson du début à la fin avec des alertes. Mais le four va plus loin puisqu’il reconnaît, grâce notamment à une caméra HD installée à l’intérieur, les aliments, les pèse et propose de lui-même des modes de cuisson. De cette façon, l’utilisateur n’a presque plus rien à faire pour obtenir des plats de qualité.

June et Cinder
                Le four de June et le grill de Cinder se présentent comme de veritables robots-chefs.
 

La start-up Cinder table d’ailleurs sur le même fonctionnement pour son grill connecté dont la commercialisation est prévue pour 2016. Ce grill reconnaît les aliments, contrôle la cuisson, s’arrête de lui-même lorsque le plat est prêt… Un robot cuisinier qui se passerait presque de l’utilisateur en somme.

Vers une cuisine repensée de A à Z

Si beaucoup de start-up tentent de rendre la cuisine haut de gamme accessible dans les foyers, d’autres repensent entièrement le processus culinaire. C’est un peu l’ambition de Nomiku. La start-up aspire à rendre la cuisine sous vide plus accessible et plus précise, grâce à un petit appareil qui se greffe à une cocotte-minute ou à une marmite. Au-delà de la précision accrue, ce sont les habitudes de cuisine que veut changer la start-up, faisant la promotion des procédés sous vide.

Mais les grands groupes ne sont pour autant pas en reste, pour ce qui est d’imaginer la cuisine de demain. Whirlpool avait ainsi présenté un prototype de plan de travail intelligent et tactile. Capable de chauffer une casserole tout en restant tactile à côté, le dispositif n’était cependant qu’un essai sans toutes les fonctionnalités imaginés. 

                                               Le plan de travail intelligent imaginé par Ikea.
 

De même, Ikea a publié il y a quelques mois sa vision de la cuisine du futur dans laquelle le réfrigérateur serait remplacé par des boîtes dont la température serait contrôlée à l’aide d’étagères à induction. Un plan de travail intelligent reconnaîtrait même les aliments et proposerait des recettes en fonction. Autant d’idées qui restent cependant très loin de la commercialisation pour le moment.

Haut de page

5 Commentaires

la priorité en cuisine n'est pas la technologie , les tartres des grands meres cuites au four de chauffe inegale et dans des moules qui accrochaient sont inegalables
le probleme est de trouver de bons ingredients , ce qui est de plus en plus difficile

Soumis par joseph (non vérifié) - le 31 juillet 2015 à 08h44

plus la technologie est intelligente ( ex :"plan de travail intelligent" d'ikea ) plus l'homme est bete ?

Soumis par joseph (non vérifié) - le 31 juillet 2015 à 08h46

"la cuisine au millimetre " ???
betise de journaliste !

Soumis par joseph (non vérifié) - le 31 juillet 2015 à 08h47

On se croirait revenu dans les années 60 avec ce rêve amériano-protestant du paradis sans sa cuisine. Dire qu'il y a + de 43 MILLIONS d'américains sous le seuil de pauvreté. Et çà, ce sont les chiffres officiels. Ce n'est pas tant une histoire de cuisine réussie qu'une dépendance toujours plus grande à un système de domination par la marchandise et la banque. Comme il se construit sans l'aval des populations (mafia financière et dictature étatique) il ne va pas tarder à disparaître, avec ses mensonges et sa folie.

Soumis par Propel (non vérifié) - le 02 août 2015 à 20h51

La queue pendant les heures d'affluence? C'est terminé!
L'application Clic and Pick va révolutionner votre quotidien et surtout votre midi!
clicandpick.fr

Soumis par Marianne L - le 01 septembre 2015 à 15h00

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas