Premier semestre médiocre pour le marché des télécoms

Par 12 septembre 2002
Mots-clés : Smart city, Europe

Selon l’institut GfK, les ventes de téléphones mobiles ont baissé au 1er semestre 2002 de 16 % par rapport au 1er semestre 2001. Le ralentissement important de la conquête de nouveaux abonnés ...

Selon l’institut GfK, les ventes de téléphones mobiles ont baissé au 1er semestre 2002 de 16 % par rapport au 1er semestre 2001. Le ralentissement important de la conquête de nouveaux abonnés explique essentiellement cette chute. Avec un taux de pénétration en France de 62,7 % fin juin 2002 (source ART), le marché semble en effet saturé. Le renouvellement des mobiles devient désormais le principal moteur des ventes. Certaines innovations technologiques comme les écrans couleurs, le MMS ou l’intégration d’un appareil photo devraient favoriser en fin d’année l’accélération du renouvellement. Toutefois, depuis début juillet, les opérateurs ont remonté sensiblement le prix des packs. Il est vraisemblable que face à des terminaux plus chers et avec des opérateurs subventionnant de moins en moins les terminaux, les consommateurs hésitent à changer rapidement leur mobile. GfK estime que la facturation à la seconde devrait avoir peu d’incidence sur l’acquisition d’un nouveau terminal. Marc Chemouil, chef de groupe Télécoms chez GfK, explique « Les opérateurs ont décidé de remonter le prix des mobiles au moment où des innovations technologiques comme les écrans couleur ou le MMS pourraient donner un nouveau souffle au marché. On a donc, d’un côté un frein aux achats de teléphones, la remontée du prix des packs, et de l’autre un facteur de rebond du marché, de nouveaux « plus » produits. Le prix sera plus que jamais la variable fondamentale du marché pour les prochains mois ». Avant de chuter en 2002, les ventes de mobiles n’ont cessé de progresser depuis 1999. Elle sont ainsi passées de 11,5 millions d’unités en 1999 à 13 millions en 2000 et 13,6 millions en 2001. Pour 2002, Gfk estime le marché à 12 millions de téléphones mobiles vendus, soit une baisse de 12 % par rapport à 2001. Après deux années consécutives de croissance, le marché des PDA connaît un ralentissement. Depuis début 2002, ce marché a reculé de 5 % en volume au 1er semestre par rapport au 1er semestre 2001. Selon Gfk, le marché devrait toutefois atteindre 330 000 unités vendus en fin d’année, soit une progression de 10 % par rapport à 2001, et générer un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros (+ 8 %). Il s’est vendu 250 000 unités en 2000 pour un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros et 300 000 unités en 2001 pour un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros. Au 1er semestre 2002, on a assisté à une première baisse des prix et à un poids de plus en plus important des hypermarchés, y compris pour les machines offrant le système d’exploitation de Microsoft, Pocket PC. 11 % des PDA sous Pocket PC ont été vendus en hypermarchés, contre 0,6 % l’an passé. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 12/09/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas