Les premiers pas de la carte espagnole sont encourageants.

Par 12 avril 1999
Mots-clés : Smart city, Europe

Conçu par le cabinet Andersen Consulting, lancé en 1996, le programme d'informatisation du système de santé espagnol doit commencer à être étendu cette année à tout le pays. D'ici un à trois ans, ...

Conçu par le cabinet Andersen Consulting, lancé en 1996, le programme
d'informatisation du système de santé espagnol doit commencer à être
étendu cette année à tout le pays. D'ici un à trois ans, Madrid compte
parvenir à 40 millions d'utilisateurs de la nouvelle carte électronique
"Seguridad social". Ce calendrier dépend, en fait, de la célérité des
régions disposant encore d'une large autonomie. Le projet était jusqu'à
présent testé en Andalousie (7 millions de cartes distribuées). La moitié
de la population andalouse et plus de 90 % des médecins du secteur public
les utilise régulièrement.
La carte espagnole sert non seulement à transmettre par réseau
électronique les informations aux caisses de Sécurité sociale, mais elle
contient également des éléments de dossier médical du patient, ce qui
n'est toujours pas le cas en France. Individuelle, la carte à puce
espagnole sert aussi à acquitter les prestations de santé dans le système
public (hôpitaux et centres de santé), sans aucune avance de frais, et à
avoir accès à toute une série d'informations personnelles (récapitulatif
de droits de retraite, certificats de travail, attestations de
cotisations, etc.).
Près de 1,6 million de bornes seront installées à terme à cet effet dans
les lieux publics et à proximité. Il en existe déjà 636 en Andalousie.
Des informations générales sur l'accès aux services publics, les offres
d'emploi ou les formations pour les chômeurs .. seront aussi données.
Près de 2 milliards de F sont investis dans l'opération par la Sécurité
sociale espagnole.
(Les Echos - 12/04/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas