La préparation à l’euro progresse en France.

Par 18 octobre 2001
Mots-clés : Smart city, Europe

Selon une étude réalisée par Louis Harris à la demande du Minefi, sur l’état de préparation des entreprises de moins de 500 salariés fin septembre 2001, 91 % d’entre elles (+ 10 points par rapport à...

Selon une étude réalisée par Louis Harris à la demande du Minefi, sur
l’état de préparation des entreprises de moins de 500 salariés fin
septembre 2001, 91 % d’entre elles (+ 10 points par rapport à fin août)
ont commencé leur préparation à l’euro et 43 % (+ 20 points) se déclarent
prêtes aujourd’hui ou dans les prochains jours. 22 % seulement des
entreprises de 0 salarié (+ 2 points) sont déjà prêtes ou le seront dans
les tous prochains jours. 64 % d’entre elles (+ 6 points) ont commencé à
se préparer.
95 % (+ 17 points) des entreprises du secteur des services ont commencé
leur préparation. Viennent ensuite, celles du secteur de l’industrie 93 %
(+ 16 points), de l’agriculture 82 % (+ 14 points), du BTP 83 % (+ 10
points) et du commerce 91 % (+ 3 points).
78 % (+ 20 points) des entreprises de 1 à 499 salariés acceptent les
paiements en euro par carte bancaire ou par chèque et 94 % (+ 11 points)
d’entre elles acceptent désormais les factures en euro. De plus, 41 % (+
18 points) tiennent aujourd’hui leur comptabilité en euro.
10 % des entreprises de 0 salarié et 7 % ayant 1 à 9 salarié déclarent
qu’elles seront prêtes au cours de l’année 2002 ou qu’elles « verront le
moment venu ». 38 % de celles de 0 salarié et 30 % de celles de 1 à 9 se
préparent pour le 1er janvier 2002.
3 % environ des entreprises de 10 à 499 salariés déclarent qu’elles ne
seront prêtes qu’au cours de l’année 2002 ou qu’elles verront le moment
venu.
Selon une enquête Ifop réalisée pour la Chambre de Commerce et d’Industrie
de Paris auprès de 100 PME de Paris et de sa petite couronne, une PME sur
deux a déjà converti son capital social et 20 % s’apprêtent à le faire
d’ici la fin décembre 2001. En outre, 84 % d’entre elles mentionnent le
solde en euros sur les bulletins de salaire qu’elles émettent et 30 % les
rédigent déjà dans la monnaie unique.
Les 2/3 des entreprises ont déjà basculé leur comptabilité en euro ou
envisagent de le faire sous peu. 94 % avaient entrepris d’adapter leurs
logiciel et progiciel en euros.
Selon la Commission Bancaire, 65 % des particuliers (+ 15 points par
rapport à août), 75 % des professionnels (+ 9 points) et 71 % des
entreprises (+ 10 points) possèdent désormais un chéquier en euro.
Bien qu’encore faible, le nombre de chèques libellés en euro progresse ::
7,01 % en septembre, contre 3,89 % en août.
78 % des terminaux de paiement sont d’ores et déjà adaptés à l’euro.
Toutefois, le nombre total des opérations par carte bancaire en euro reste
encore très faible, passant de 0,23 % à 1,42 % du nombre total de ces
opérations.
La Sofres a évalué, fin septembre, à la demande du Minefi, l’état de
préparation du grand public à l’euro.
Selon cette étude, 70 % des Français (+ 3 points par rapport à août)
connaissent la date exacte du début du paiement fiduciaire en euro. 42 %
connaissent la date de fin du paiement scriptural en francs, mais 28 %
pensent qu’ils pourront encore payer par carte bancaire et chèque en franc
au delà du 1er janvier 2002.
60 % des Français donnent toujours une valeur approchée de l’euro, 48 % (+
2 points) évaluent correctement en euro la valeur de 100 F.
27 % des Français (+ 7 points) ont déjà effectué un paiement eu euro, dont
21 % (+ 4 points) par chèque, et 6 % (+ 2 points) par carte bancaire. 28 %
(+ 1 point) prévoient de le faire pour la première fois avant la fin de
l’année, tandis que 40 % (+ 8 points) attendent 2002.
Parmi les 61 % de Français déclarant disposer d’un chéquier en euro, 38 %
ont déjà effectué des paiements en euro, par chèque (34 %), mais aussi par
carte bancaire (7 %).
49 % (+ 2 points) voient arriver l’échéance de l’euro avec confiance. Le
nombre d’inquiets diminue 41 % (- 8 points). Les femmes sont toujours
majoritairement inquiètes 52 %, contre 30 % des hommes, ainsi que les
catégories disposant des revenus les plus faibles (54 %).
Parmi les sujets d’inquiétude, 30 % (- 12 points) citent spontanément
l’augmentation des prix, 27 % (+ 4 points) les problèmes de conversion et
13 % (- 2 points) la crainte de « se voir arnaquer ».
24 % (+ 1 point) des personnes interrogées anticipe un passage personnel à
l’euro sans trop de difficultés, 62 % (+ 1 point) considèrent que leurs
difficultés seront passagères.
Enfin, sachez que 14 000 débitants de tabac distribueront les premiers
sachets de « premiers euros » à partir du 14 décembre 2001. Ces sachets
contiendront 40 pièces en euros d’une valeur de 15,25 euros. Ils seront
disponibles contre une valeur de 100 F (soit 15,24 euros).
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 19/10/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas