Près de 50 % des Japonais devraient naviguer avec du haut-débit en 2007

Par 04 juillet 2003

Parangon de la téléphonie mobile nouvelle génération, le Japon a été longtemps considéré comme à la traîne du côté des connexions fixes à Internet. Cependant, le dernier rapport annuel du ...

Parangon de la téléphonie mobile nouvelle génération, le Japon a été longtemps considéré comme à la traîne du côté des connexions fixes à Internet. Cependant, le dernier rapport annuel du ministère des télécommunications japonais, sorti vendredi, estime déjà à 20 millions le nombre de japonais surfant sur la toile, grâce à des connexions fixes haut-débit.

De plus, ce rapport prévoit qu’en 2007 ces dernières devraient quadrupler : 60 millions de japonais seront connectés à Internet via du haut-débit, soit près de la moitié de l’ensemble de la population. Les raisons d’un tel décollage ? La baisse des prix des connexions haut-débit, causée par la forte concurrence des FAI.

FAI leader au Japon, la Softbank fut le 1er acteur a cassé les prix de l’abonnement mensuel à une connexion ADSL, en proposant une offre à près de 17,5 €. L’ensemble des concurrents, dont NTT DoCoMo, a dû s’aligner sur cette dernière. Mais le modèle économique de ces offres ne s’est pas encore avérer payant : à cause de l’élaboration et de la promotion de son service, la Softbank a perdu 88,8 milliards de yens (près de 654 millions d’euros) lors de son dernier exercice.

Le point fort du marché : des services de contenus (audio & vidéo) qui devraient représenter environ 75 milliards d’euros en 2007, d’après le rapport du ministère japonais.

(Atelier groupe BNP Paribas – 04/07/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas