Prévenir les défaillances au volant nécessite d’alerter le conducteur et les autres voitures

Par 12 novembre 2013 1 commentaire
prévention routière

Alors que les accidents de la route font des ravages en Inde, leurs causes et conséquences seraient facilement évitables.

Selon un rapport commandité en 2011 par le ministère des Transports et de la Voirie Indien, environ 11 personnes sur 100 000 meurent dans des accidents de la route. Dans un pays ayant dépassé le milliard d’habitant, la situation est donc plus qu’alarmante. Des chercheurs du Netaji Subhas Institute of Technology à New Delhi, ont par ailleurs établi lors d’une étude que dans 77,5% des cas, le conducteur du véhicule était en faute. En effet, 60% des accidents de la route sont attribués aux excès de vitesse, 16,7% sont dûs à la consommation d'alcool ou de drogue et enfin 23,6% à la fatigue du conducteur ou au surpeuplement des véhicules. Partant de ce constat, les chercheurs ont donc imaginé un dispositif nommé R.A.P.U pour road accident prevention unit, embarqué à l’intérieur du véhicule et basé sur de la capture vidéo et de l’analyse automatique d’images, et qui alerte aussi bien le conducteur du véhicule, sa famille et les autres véhicules.

Des alertes au conducteur et à son entourage

Ainsi, en utilisant des capteurs à infrarouges et des accéléromètres, le système est capable de repérer le clignement des yeux et l’inclinaison de la tête du conducteur. Et grâce aux données récoltées et analysées par le système en permanence, un signal d’alarme sonore retentit dans le véhicule en cas de comportement suspect. Après un temps de latence destiné à ce que le conducteur interagisse avec le système, le dispositif possédant une unité d’affichage à l’extérieur du véhicule alerte les conducteurs environnants. En parallèle, la procédure prévoit d’envoyer des SMS aux proches du conducteur préalablement renseignés avec les coordonnées GPS de celui-ci. A noter que la R.A.P.U dispose d’un algorithme de calibrage automatique qui permet de réinitialiser le dispositif selon le conducteur ou même lors d’un changement dans la configuration de la position de conduite (hauteur des sièges…) ainsi que d’un potentiomètre afin de s’assurer que l’éclairage ambiant n’affecte pas le fonctionnement de l’appareil. En ce qui concerne l’état d’ébriété, c’est un éthylomètre qui mesure le taux d’alcoolémie. En cas de test positif, dispositif d’alarmes et de communication se déclenchent.

Un dispositif peu coûteux à dimension ubiquitaire

S’inspirant du module proposé dans le rapport « Accident Prevention Using Eye Blinking and Head Movement » publié dans l’IJCA, R.A.P.U bénéficie d’une conception plus simple à mettre en œuvre, facilement installable et extensible et à faible coût. En effet, capteurs infrarouges, accéléromètre et potentiomètre sont des éléments intégrés aujourd’hui dans nombre de terminaux à bas coût. De plus, un système de freinage automatique ou de verrouillage de la voiture (en cas d'état ​​d’ébriété) pourraient également être mis en œuvre pour améliorer l'efficacité du système. Par ailleurs, c’est vers une surveillance du rythme cardiaque que les chercheurs voudraient orienter le dispositif car tout changement brusque de ce rythme pourrait permettre de pré-détecter une situation de panique. Enfin, les systèmes GPS et GSM pourraient intégrer une application Androïd disponible pour la Police. En effet, en transmettant les données de situations à risques, des réactions immédiates pourraient provenir des autorités.

Haut de page

1 Commentaire

Tapons sur les conducteurs et pas sur les patrons ni les autorités coupables. S'attaquer au petit conducteur c'est être en bout de la chaine de la méthode dite "démocratique", qui laisse les grands mafieux, ministres et entrepreneurs, hors de portée du plan de salubrité publique.

En Inde, beaucoup d'accidents seraient évités si les gens avaient des PERMIS, de bons salaires et des heures de sommeil. Si les patrons ne demandaient pas plus de livraisons et si les autorités (policiers, juges) avaient des carrières et des salaires décents.

L' Inde et son milliard d'individus entame une chute inexorable hyper rapide, sous le poids des trafics et autres petits arrangements entre amis. Tout ce que l'on a construit en Inde, se sont des zones d'activités économiques prioritaires, reliées par des autoroutes aux ports et aéroports. La vaste majorité du pays est laissée à l'abandon, avec des fermiers qui se suicident par milliers.

L'ultra libéralisme ne prévoit pas de développement territorial ni social. Il est uniquement orienté vers la rentabilité immédiate, l’escroquerie financière, le pillage des ressources et la domination militaire. A cause de sa corruption et de son manque d'homogénéité, l'Inde ne peut maintenir une croissance stable. Comme le dollar et sa philosophie périclitent, elle a déjà entrepris de s'allier avec les pays d'Amérique du Sud, la Russie et la Chine.

Peut-être qu'une gestion plus saine des états indiens, respectés par le monde multi polaire des Brics et son Eurasisme humaniste, permettrait une meilleure vie aux indiens et une réduction des accidents routiers.

Soumis par remy dubrin (non vérifié) - le 23 novembre 2013 à 23h24

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas