La prévention des feux passe par le SMS

Par 08 janvier 2010

L'université d'Adelaide a mis au point un dispositif qui reçoit les données enregistrées par des capteurs d'incendie. Si un feu se déclare, il envoie des alertes aux autorités compétentes par message texte.

Pour détecter au plus tôt la déclaration d'un feu dans les bushs et en minimiser l'impact, l'université d'Adelaide propose d'utiliser les réseaux GSM. Une équipe de chercheurs a ainsi mis au point un système qui alerte les secours en utilisant un moyen de communication bien établi : le SMS. Le système est simple : ils ont dispersé des capteurs d'humidité et de chaleur connectés à un micro-contrôleur. Ce dernier utilise un système GPS pour reporter la position des capteurs. Il est également relié à un module GSM : lorsque les dispositifs de monitoring relèvent des données inhabituelles, le système envoie automatiquement des messages textes aux autorités compétentes.
SMS mais aussi Zigbee
Ce, en leur indiquant la localisation de l'incendie. Selon les scientifiques, une telle initiative est intéressante en partie pour le faible coût de déploiement qu'elle requiert. En parallèle, l'équipe travaille sur un dispositif fonctionnant via le protocole de données sans-fil à courte portée Zigbee. Ils ont utilisé le même réseau de capteurs, mais qu'ils ont relié à une station de base via des modules Zigbee qui utilisent un réseau local sans-fil (LAN). Selon eux, cela permet de contrôler un site en permanence et en temps réel depuis le web plutôt que d'attendre la réception d'alertes SMS.
Recréer des réseaux de capteurs à moindres frais
Ils cherchent désormais à connecter les noeuds Zigbee entre eux via des réseaux GPRS. Ce qui permettrait de répliquer les systèmes de réseaux de capteurs mais de manière beaucoup plus simple. Un compte-rendu des recherches de l'équipe a été publié dans l'International Journal of Computer Aided Engineering and Technology. Pour rappel, d'autres systèmes misent sur les capteurs et les technologies sans-fil pour réduire les feux de forêt. Le projet européen Weird a ainsi déployé un réseau WiMax qui contrôle à distance des détecteurs de chaleur et des caméras de contrôle. Celui-ci a été testé au Portugal, dans la région de Coimbra.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas