Le prix des SMS devrait baisser un peu : grâce à l’UFC Que choisir ou à Devedjian ?

Par 24 mai 2004
Mots-clés : Digital Working

Ils ont été nombreux à tenter de faire fléchir le prix du SMS. Il y a d’abord eu l’association de consommateurs UFC – Que choisir : campagnes d’information à l’intention des utilisateurs...

Ils ont été nombreux à tenter de faire fléchir le prix du SMS. Il y a d’abord eu l’association de consommateurs UFC – Que choisir : campagnes d’information à l’intention des utilisateurs, lancement d’une pétition (voir article du 26.11.2003) et appel au boycott des textos le 9 mai dernier (voir article du 05.05.2004) se sont succédés.Et puis, en mars, c’est l’Etat qui « invitait » les opérateurs mobiles à faire un effort sur les prix des SMS, tout en précisant qu’il ne pouvait aller jusqu’à leur imposer un prix plafond. Il y a quelques jours, enfin, c’était au tour du ministre délégué à l’Industrie Patrick Devedjian de lancer un appel, plus vindicatif celui-là, à l’intention des trois opérateurs français. Le ministre dénonçait alors les 100 % de marge réalisées par le « cartel » des opérateurs sur les SMS… et allait jusqu’à brandir la menace d’une intervention de l’Etat. A priori, c’est à l’appel de Patrick Devedjian que les opérateurs répondent aujourd’hui. SFR a annoncé mercredi une baisse de ses tarifs en ce qui concerne les SMS compris dans des forfaits, ainsi qu’une réduction du prix, de 0,15 à 0,10 euro sur les textos expédiés entre 22 h et 8h en semaine (!). La direction d’Orange a déclaré qu’elle prévoyait des baisses d’ici l’été, tandis que Bouygues a rappelé que depuis le lancement de ses nouvelles offres forfaitaires au mois d’avril dernier, le SMS s’établissait en moyenne à 7 centimes d’euro. Depuis ces annonces, il semblerait que la polémique se soit quelque peu déplacée : il ne s’agit plus tellement de la baisse du prix du SMS, mais bien plutôt de l’organisation à laquelle revient l’honneur d’avoir fait bouger les choses. A ce sujet, l’UFC – Que choisir a qualifié l’intervention de M. Devedjian de « quelque peu démagogique », et a ajouté que « le gouvernement ramass(ait) la mise de l’action des associations depuis deux ans et demi ». (Atelier groupe BNP Paribas - 24/05/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas