Les prochains milliards de consommateurs se trouvent dans les régions pauvres

Par 30 janvier 2009 2 commentaires

Le Forum Economique Mondial publie ses recettes pour cibler les consommateurs dans les régions traditionnellement oubliées par les multinationales. Au programme : innovation, et parfois nouvelles technologies.

Près de quatre milliards d'humains sont exclus des marchés. Ce groupe, rebaptisé BOP (bas de la pyramide) par le World Economic Forum gagne en moyenne 8 dollars par jour. Ce qui représente pour le groupe 2,3 trilliards de dollars. Le but du rapport de la fondation réunie à Davos est de changer les pensées sur ce groupe de consommateurs. Et bien évidemment, de trouver des pistes innovantes pour le faire entrer dans le système consumériste. Tout d'abord, les constats. Le WEF rappelle que, du fait de leurs faibles revenus, les membres du BOP sont des acheteurs avisés et qu'ils investissent dans ce qui comporte le moins de risques. En outre, ils manquent d'information sur beaucoup de produits.
Des sources de référence
En conséquence de quoi, ils se réfèrent énormément à des sources de référence pour leurs achats. C'est en comprenant cela et en s'alliant au gouvernement vietnamien qu'Intel a réussi à s'implanter dans le pays, et qu'il arrive à vendre 3 000 machines par mois aux PME locales. Le forum conseille aux entreprises d'apprendre à vendre à des communautés plutôt qu'à un individu propriétaire. Le WEF se fait l'écho d'initiatives dont L'Atelier vous avait déjà parlé : comme celles de Grameen Telecom. Et d'autres équivalentes, comme celle de Celtel. Cet opérateur connaît un succès en favorisant l'usage de téléphones au sein des familles, ou en promouvant l'achat de combinés auprès des femmes, les Mamans GSM, qui louent ensuite leur usage.
Des alliances inédites
Pour informer les habitants et plus particulièrement les agriculteurs, la fondation met en avant des pistes comme celles qui sont explorées par le Kenya Agricultural Commodity Exchange et Safaricom. Les deux partenaires offrent des services d'information par SMS. Pour finir, le Forum Economique conseille aux entreprises de ne pas hésiter des associations inédites. Comme l'initiative Little Word à Mumbai en Inde destinée à favoriser la bancarisation. Les entreprises qui en font partie fournissent des cartes biométriques et RFID, ainsi que des téléphones NFC aux habitants sans compte bancaire. Avantage pour les six banques du consortium : elles arrivent à toucher des personnes à faibles revenus sans pour autant déployer des infrastructures lourdes. C'est la fameuse "Banque light". Autres alliances pour lancer des produits classiques : Telefonica au brésil s'est marié avec Abril pour vendre des services d'accès à Internet sur la télévision.

Haut de page

2 Commentaires

Quant à distribuer les médicaments et développer les cultures de subsistance... ce n'est pas un marché porteur....comme le contrôle social!
Le cynisme des multinationales est sans bornes...En dehors de toute appréciation sur le cynisme des multinationales sachez que nous n'avons extrait du texte que les passages qui concernaient les expérimentations liées aux nouvelles technologies ou aux acteurs de la high tech. Pour les autres aspects, nous ne pouvons que vous conseiller d'aller feuilleter les deux rapports de la fondation.
Cordialement,
LA rédaction

Soumis par phil2nim (non vérifié) - le 31 janvier 2009 à 08h54

Ne s'agit-il pas de "A Little World"?www.alittleworld.com

Soumis par bondelabon (non vérifié) - le 02 février 2009 à 08h35

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas