Les professionnels du secteur technologique restent confiants

Par 01 février 2012
happy computing

Les individus qui évoluent dans le secteur des nouvelles technologies sont globalement plus confiants que leurs pairs en ce qui concerne le marché du travail.

Les professionnels du secteur technologique, de nouveau optimiste ? Voilà en tout cas ce qu’estime Technisource, qui évoque dans son nouvel indice un regain d’optimisme envers l’avenir. Regain d’autant plus notable qu’il serait plus fort que dans les autres professions. Le cabinet a en effet commandité une étude auprès d’Harris Interactive sur 3 721 personnes, dont 246 spécialisées dans les nouvelles technologies. Si l’on en croit les chiffres, près d’un quart de ces collaborateurs IT sont persuadés que l'économie est en train de se redresser, et 42% pensent qu'ils n'auraient aucun problème à trouver un autre poste.

Des résultats qui restent parfois mitigés

« La raison de ce retour à une attitude plus apaisée provient de la demande toujours croissante de personnel qualifié dans ce secteur », précise Andrew Speer, responsable chez Technisource du service consacré aux solutions technologiques. Néanmoins, bien que ces chiffres semblent prometteurs, seuls 18% des sondés estiment qu'il y a, par rapport à l'année dernière, beaucoup plus d'opportunités d'embauche contre 56% qui pensent qu'il n'y a pas assez de postes disponibles pour tout le monde. De plus, 16% ne font pas confiance à leur entreprise et ont l'impression que le poste qu'ils occupent est plus que jamais menacé par la crise économique.

Investir dans les nouvelles technologies

Pour optimiser la confiance des professionnels du secteur, il est nécessaire, toujours selon Andrew Speer, qu'ils gardent à l'esprit que les entreprises sont de plus en plus conscientes de l'importance des nouvelles technologies. Il faudrait également qu'elles allouent plus facilement une partie de leur budget à l'implantation de celles-ci. Le cabinet précise néanmoins que la pérennité des entreprises passera par la nécessité de se concentrer sur les équipes déjà existantes afin de limiter les embauches inutiles et de réitérer trop souvent la formation des nouveaux arrivants. Il est vrai qu'un tiers des spécialistes des nouvelles technologies avouent rester ouverts à d'autres opportunités de postes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas