Propager une information monnayable mérite récompense

Par 15 novembre 2011 1 commentaire
bitcoin

Pour comprendre les mécaniques régissant la diffusion de certains types d'informations, il faut établir ce qui motive les éventuels propagateurs, comme le gain financier, et en profiter, notamment dans le domaine des monnaies virtuelles.

La propagation d'une information sensible qui implique des gains financiers dans un réseau, ne peut se faire efficacement que grâce à la création de récompenses proportionnelles. C'est ce qu'ont tenté de prouver des chercheurs de Microsoft Research et de l'université de Cornell en prenant en compte plusieurs exemples. Le premier est un concours ayant eu lieu en 2009, le DARPA Network Challenge, où les participants devaient retrouver 10 ballons rouges dispersés à travers les Etats-Unis. L'équipe victorieuse appartenait au MIT et avait gagné en offrant une récompense de 2 000 dollars à chaque personne ayant identifié la localisation précise d'un ballon. Mais en se rendant compte qu'il était extrêmement difficile de propager cette offre en la transmettant individuellement, ils ont également proposé des récompenses décroissantes : 1 000 dollars pour une personne ayant recruté celui qui trouverait un des ballons et ainsi de suite.

L'exemple de Bitcoin, monnaie virtuelle

Dans un second temps, les chercheurs prennent l'exemple de la plate-forme de monnaie électronique décentralisée Bitcoin, fonctionnant sur le principe du peer-to-peer, en tentant de lui appliquer un modèle similaire. A l'heure actuelle, pour qu'une transaction soit effectuée, la personne à l'origine de celle-ci l'envoie à quelques membres du réseau, accompagnée d'une signature cryptographique. Chacun se charge ensuite de la diffuser à ses contacts respectifs. Pour que la transaction soit autorisée, une personne doit résoudre un problème informatique complexe et envoyer la preuve au reste du réseau. Lorsqu'un nombre suffisamment grand de membres a reçu cette preuve, la transaction peut avoir lieu. La personne ayant réussi l'autorisation reçoit un nombre fixe de Bitcoins en guise de récompense.

Récompenser les membres de la chaîne d'autorisation

Ce système a donc une faille selon les scientifiques puisqu'il pousse les personnes ayant eu vent d'une transaction à conserver l'information pour elles afin de résoudre en premier le problème et gagner les Bitcoins correspondants. Surtout, cela ralentit considérablement la réalisation des opérations. Il s'agit donc d'implanter un modèle hybride, poussant les membres à diffuser le message à leurs contacts. Les chercheurs proposent donc de récompenser également les personnes appartenant à la chaîne ayant mené à l'autorisation de la transaction. Le montant de celle-ci pourrait être fixé par l'individu à l'origine de l'opération financière et équivaudrait ainsi à une sorte de frais bancaires, comme dans la réalité. Selon les scientifiques, l'implantation d'un tel système est vitale pour que Bitcoin puisse continuer à évoluer et à se démocratiser.

Haut de page

1 Commentaire

>Selon les scientifiques, l'implantation d'un tel système est vitale pour que Bitcoin puisse continuer à évoluer et à se démocratiser.

Je ne crois pas que cette affirmation reflète réellement les conclusions de cette publication par ailleurs forte intéressante. Voici quelques éléments permettant de la mitiger.

* La diffusion des transactions est actuellement assurée nativement dans le cadre d'un système de broadcasting par toutes les personnes du réseau, avec une forte redondance

* Les personnes validant les transactions sont en premier lieu récompensées par la création de la monnaie qui est supérieure de plusieurs ordres de magnitude aux frais de transactions collectés, et ce pour plusieurs décennies à venir, avec donc actuellement très peu d’intérêt à l’antijeu.

* Seules certaines personnes du réseau certifient les transactions, les autres émettent et reçoivent des paiements. Si les premières ont intérêt à avoir vent d'un maximum de transactions pour en collecter les frais, et peuvent donc comme relevé dans cette publication avoir intérêt à ne pas les diffuser aux autres certificateurs, les autres personnes, qui utilisent simplement la monnaie et sont donc à l'origine des transactions, ont un intérêt propre à relayer les transactions, de même que les utilisateurs des réseaux P2P de partages de fichiers ont intérêt à partager de la bande passante.

* Seule la mise à jour et la diffusion du registre contenant les transactions certifiées est critique au protocole Bitcoin, et il est possible de concevoir d'autres mécanismes pour l'acheminement des transactions aux certificateurs, tout comme on peut imaginer des mécanismes isolant les certificateurs qui ne jouent pas le jeu.

Enfin, pour plus de détails, il y a actuellement une discussion sur le forum Bitcoin entre les auteurs de la publication et les membres de la communauté:
https://bitcointalk.org/index.php?topic=51712.0

Soumis par Jesse (non vérifié) - le 15 novembre 2011 à 20h55

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas