Les propriétaires de contenus rentabilisent le piratage

Par 05 novembre 2008
Mots-clés : Smart city

Expérimenté par MySpace et MTV, un logiciel d'Auditude identifie les programmes piratés et leur attache automatiquement une bannière publicitaire dont les recettes sont partagées avec les ayant droits.

Le site de partage vidéo MySpace, les chaînes de télévision du groupe MTV ainsi que la société californienne Auditude viennent de signer un accord sur la mise en place d'un nouveau système permettant aux propriétaires de contenus piratés en ligne de rentabiliser leur téléchargement illégal. Grâce à un système de surveillance des programmes de télévision en temps réel, le logiciel détecte immédiatement la reprise de vidéos sur Internet. "Nous connaissons à la minute près les moments où telle émission passe à la télévision et où elle est téléchargée", déclare Adam Cahan, le directeur général d'Auditude. Ce logiciel attache aussitôt des bannières publicitaires aux programmes piratés. Ces réclames peuvent par exemple fournir un lien vers le site de la chaîne de télévision où il est proposé de visionner le même programme dans son intégralité et en haute définition moyennant paiement.
Identification des programmes en temps réel
Il s'agit pour l'instant de bandeaux semi transparents recouvrant le tiers inférieur de l'écran du vidéo-player de l'utilisateur. Le format exact de ces bannières publicitaires pourrait cependant changer à mesure qu'auront été analysées les réactions des internautes et des annonceurs par rapport au système. L'essentiel étant que ce système permettra de transformer les contenus illégaux en source de revenus légitimes pour leurs propriétaires. Et fournira ainsi une alternative au processus classique de lutte contre le téléchargement de programmes piratés. Ce dernier oblige pour l'instant les producteurs à faire la chasse aux programmes utilisés illégalement et à exiger en justice qu'ils soient retirés de l'offre d'un site.
Un système gagnant-gagnant
Un processus qui prend du temps, coûte de l'argent et surtout frustre le consommateur. Du côté de MySpace, on est séduit par un système qu'on qualifie de "gagnant-gagnant" : "Auditude laisse l'utilisateur faire ce qu'il veut avec des vidéos sous copyright en y collant simplement de la publicité", déclare Jeff Berman, le responsable marketing de MySpace. "Ce logiciel permet de changer les règles du jeu : nous passons d'un environnement restrictif à un monde plus permissif, mais tout en protégeant la propriété intellectuelle". Même son de cloche chez MTV, où l'on se dit ravi de pouvoir enfin monétiser le visionnage en ligne d'un grand nombre de clips et de programmes très populaires. "Avec cette solution, nous pourrons continuer à donner aux utilisateurs la liberté de télécharger nos programmes où ils le veulent".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas