Protection des enfants sur Internet : l'Europe va dépenser 45 millions d'euros

Par 10 décembre 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

Il est une population d'internautes non négligeable qui mérite que l'on se penche sur ce à quoi elle s'expose en se connectant au réseau des réseaux : les enfants, de plus en plus présents sur la...

Il est une population d'internautes non négligeable qui mérite que l'on se penche sur ce à quoi elle s'expose en se connectant au réseau des réseaux : les enfants, de plus en plus présents sur la Toile, ne sont pas assez à l'abri des menaces qui planent sur le réseau et ont pour noms pornographie ou racisme.
Conscients de ces dangers que peuvent représenter un médium pourtant aussi passionnant qu'Internet pour les jeunes citoyens européens, le Conseil des Télécommunications de l'Union européenne a adopté jeudi le programme Safer Internet Plus , qui vise à mettre à la disposition des parents et des enseignants des outils pour rendre l'Internet plus sûr.
Ce programme, dont la durée prévue est de quatre ans (2005-2008), a été proposé par la Commission européenne en mars. Il est doté d'un budget de 45 millions d'euros pour lutter contre les contenus illicites et préjudiciables sur l'internet . Il couvre également d'autres médias, tels que les supports vidéo, et est explicitement conçu pour combattre le racisme ainsi que les communications électroniques commerciales non sollicitées ("spam"). Il sera particulièrement axé sur les besoins des utilisateurs finaux : parents, éducateurs et enfants.
Une récente enquête Eurobaromètre organisée dans l'ensemble de l'Union Européenne à propos de l'Internet montre que plus les parents connaissent l'Internet, plus ils sont demandeurs d'informations sur la manière de le rendre sûr pour leurs enfants. De nombreux parents en Europe ne sont pas conscients des risques que courent leurs enfants lorsqu'ils surfent sur l'Internet, et près de 60 % d'entre eux ne savent pas où signaler les contenus illicites et préjudiciables.
C'est dans les 15 "anciens" États membres de l'UE que la pénétration de l'Internet parmi les enfants est la plus élevée (Danemark, Pays-Bas et Royaume-Uni : 64 %, Suède : 63 %, Finlande : 62 %), mais plusieurs nouveaux États membres les suivent d'assez près (Estonie : 60 %, République tchèque : 58 %). L'utilisation de l'Internet chez les enfants est rare dans les deux pays hellénophones (Grèce : 15 %, Chypre : 20 %) ainsi qu'en Slovaquie (30 %) et au Portugal (31 %).
Les activités menées dans le cadre des quatre lignes d'action du plan Safer Internet plus seront les suivantes :
- Lutte contre les contenus illicites : des lignes téléphoniques directes permettront au public de signaler les contenus illicites et transmettront les informations aux organismes en mesure d'agir.
- Traitement des contenus non désirés et préjudiciables : l'UE prévoit le financement de technologies qui permettront de limiter le volume de contenus non désirés et préjudiciables reçus par les utilisateurs, ou de tester l'efficacité des filtres disponibles.
- Promotion d'un environnement plus sûr : la Commission mettra à la disposition des organismes nationaux de co-régulation ou d'autorégulation un "Forum pour un Internet plus sûr" permettant l'échange d'expériences.
- Sensibilisation : La Commission soutiendra un échange d'informations concernant la sécurité d'utilisation de l'Internet, notamment pour les applications personnalisées, interactives et mobiles.
(Atelier groupe BNP Paribas - 10/12/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas