Publicité contextuelle : Google renforce sa position face à ses deux concurrents

Par 27 octobre 2003
Mots-clés : Smart city

L'histoire s'accélère pour le numéro un mondial des moteurs de recherche ! Après que le site du Financial Times a révélé vendredi dernier la possibilité pour Google d'entrer prochainement en ...

L’histoire s’accélère pour le numéro un mondial des moteurs de recherche ! Après que le site du Financial Times a révélé vendredi dernier la possibilité pour Google d’entrer prochainement en bourse par le biais d’enchères électroniques (voir « toute l’actualité » ou Lettre du 24/10/2003), on apprenait ce samedi que Google franchissait un pas de plus dans le marché de la « publicité contextuelle » en rachetant le service « Sprinks » à la firme Primedia.

Publicité contextuelle ? C’est le nouveau nerf de la guerre des principaux sites fonctionnant grâce à la publicité en ligne : MSN (Microsoft), Yahoo ! et bien-sûr Google.

Le principe est apparemment simple : au lieu de fonctionner par la vente d’espaces apparaissant lorsqu’un internaute tape une série de mots clefs (offre « AdWords » de Google), la publicité contextuelle affiche des liens vers les sites des annonceurs en fonction d’un ensemble plus large de critères de contenus appelé « contextuels ». C’est par exemple ce que propose depuis peu Google avec l’offre « AdSense » destinée aux sites spécialisés, dont la rémunération s’effectue au clic.

Pour asseoir son offre face à ces deux gros concurrents, Google avait déjà racheté en avril dernier la société Applied Semantics, grand partenaire de son concurrent direct Overture, lui-même racheté cet été par Yahoo ! pour la coquette somme de 1,63 milliard de dollars. Il récidive donc cette fois avec Sprinks, fournisseur officiel de publicité contextuel pour le célèbre site d’information MSNBC, co-entreprise entre NBC News et… Microsoft.

(Atelier groupe BNP Paribas – 27/10/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas