Publicité : la crise n'atteint pas encore le Net

Par 09 octobre 2008

En 2008, la croissance des dépenses publicitaires ne sera qu'en légère baisse : le Web reste donc attractif. L'autre fait marquant est l'ascension des pays émergents sur le marché.

Internet soutient de plus en plus la croissance des dépenses publicitaires. Le marché croît de plus de 20 % par an sur le Web, annonce ZénithOptimedia dans une étude. Un chiffre loin d'être anodin quand on sait que la croissance générale, elle, n'est pas aussi forte qu'espéré. Des près de  7 % prévus, elle ne devrait être que de 4 % en 2008. Et la tendance est prévue pour durer : en 2010, Internet représentera près de 14 % de la totalité des dépenses publicitaires dans le monde. Parmi les facteurs qui expliquent ce léger recul : la crise financière. Selon le cabinet, la situation de certaines banques inquiète les particuliers et devrait entraîner une légère baisse de la consommation.
Des pays émergents prospères
Ce, notamment dans les secteurs du luxe, des voyages et des loisirs. Cela pousse les compagnies de ces marchés à moins investir pour communiquer sur leurs produits. Cette frilosité devrait majoritairement concerner les pays développés. Le marché devrait ainsi être beaucoup plus prospère dans les pays en voie de développement. Alors que l'Europe de l'ouest devrait connaître une croissance de 1,6 % en 2008, celle-ci devrait être de près de 7 % dans la région Asie Pacifique. L'Europe de l'Est et du centre annoncera de son côté une hausse de plus de 15 %. Pour continuer dans les chiffres, le marché publicitaire en Amérique Latine croîtra lui de 10 % et de plus de 8 % en Afrique et au Moyen-Orient.

Russie et Brésil dans le top Ten
Selon ZénithOptimédia, les marchés en développement contribueront pour plus des trois cinquièmes aux nouvelles dépenses publicitaires mondiales entre 2007 et 2010. Conséquences directes ? Un changement profond du classement traditionnel. En 2010, la Russie et le Brésil feront partie du top Ten des marchés publicitaires les plus dynamiques : de la treizième et onzième places, les deux pays passeront aux sixième et huitième places. Poussant ainsi hors du tableau d'honneur l'Espagne et l'Australie. À savoir : de tous les supports, ce sont les journaux qui souffrent le plus de la baisse du placement d'annonces. Rien de catastrophique cependant : la presse papier attirera près d'un quart de la totalité des dépenses en 2010, contre 27 % en 2007.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas