Publicité : les petites entreprises investissent les médias verticaux

Par 12 février 2010
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Pour promouvoir leurs services, les petites entreprises délaissent les grands axes de diffusion et privilégient les sites plus ciblés : moteurs de recherche locale... Mais cette transition prendra du temps.

En matière de publicité, les médias horizontaux comme les sites des journaux ou des pages jaunes commencent à devoir partager la scène avec les médias verticaux", explique à L’Atelier Peter Krasilovsky, vice-président de Marketplaces au sein de BIA/Kelsey. "Pour trouver une information, les consommateurs vont désormais directement la chercher en utilisant leur moteur de recherche". Autant dire qu'il vaut mieux du coup pour un annonceur être présent sur ces moteurs mais aussi sur d'autres formats verticaux comme les réseaux sociaux ou les sites de recherches localisées. Cette situation change la donne dans la publicité en ligne, et particulièrement en ce qui concerne les PME, note BIA/Kelsey, qui présentera un rapport sur le sujet en mars prochain. Le cabinet explique que si à peine 5 % de ces petites et moyennes entreprises font la promotion de leurs services ou de leurs produits par ce biais, elles sont près de deux tiers à exprimer la volonté de le faire.
Les médias verticaux : la prochaine étape pour les PME ?
Les PME vont préférer se tourner vers ce type de recherche locale plutôt que vers les autoroutes de l’information", confirme à L’Atelier Nicolas Bermond, directeur de PME Multimédia. "Elles sont convaincues qu’il y a des opportunités". En pratique, on en est encore assez loin. "Les PME américaines sont plus en avance que celles en France", explique-t-il. Nicolas Bermond en est pourtant persuadé, l’utilisation des médias verticaux est la prochaine étape. Et ce, particulièrement sur mobile. "L’iPhone devient le couteau suisse du consommateur", explique-t-il avant d’imaginer les possibilités offertes aux annonceurs, par exemple via la géolocalisation. "Par ailleurs le coût d’entrée est moins important que pour les médias traditionnels".
Des pratiques bien ancrées
Pour Peter Krasilovsky, les secteurs les plus concernés sont l’automobile, l’immobilier, l’art et la culture, la restauration mais aussi les services financiers. Pour l’instant, les pratiques les plus adoptées concernent la localisation sur Google Maps via Google Local Business et l’achat de mots clés. "Ce sont des techniques qui ramènent du trafic précis", affirme Nicolas Bermond. Le référencement naturel est aussi une technique qui commence à être prise en compte par les petites entreprises. Au delà de ces pratiques bien ancrées, elles commencent aussi à se tourner vers les réseaux sociaux. "Sur ce point elles sont même plus réactives que les grands comptes", conclut le directeur d’agence.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas