Publicité : plus le ciblage est précis, plus la connaissance de l'individu est acceptée

Par 16 mars 2011
Publicité_en_ligne

Les agences de marketing en ligne sont très surveillées comme en témoignent les sanctions contre Chitika par la Federal Trade Commission. Cependant l'intrusion est de plus en plus acceptée quand la publicité est mieux ciblée.

"Aujourd’hui les agences de marketing en ligne abandonnent les campagnes de masse et ont compris qu’il fallait miser sur la qualité et la précision des bases de données", explique à L’Atelier, Chritophe Dardaine, fondateur de Click Call, une agence de e-marketing. Un ciblage qui est bien perçu s'il respecte certains critères de confidentialité et les données privées des individus. Une précision pas si inutile à rappeler, quand on voit que la FTC, le régulateur américain, vient de rappeler à l'ordre Chitika, régie publicitaire spécialisée sur Internet. Cette dernière ne respectait pas la confidentialité des internautes en plaçant des fichiers dans leurs ordinateurs, pour faire des campagnes de publicité plus ciblées.

Risques et flous juridiques

"Il est vrai que les logiques marketing emmènent souvent les agences à flirter avec les limites de la loi, mais il n’est pas évident de distinguer l’impact d’une recommandation ou d’une direction de la CNIL", rajoute Chritophe Dardaine qui estime que la législation évolue constamment. En France, il est encore possible de placer des cookies dans l’ordinateur d’un internaute mais celui-ci ne pourra recevoir d’offres par email que s’il a spécifiquement coché une case autorisant un annonceur à le contacter. C’est ce qu’on appelle l’opt-in.

Vers l’opt-out ?

"Mais nous avons fait des progrès car le spaming et les emailings sont de plus en plus contrôlés, la publicité est de plus en plus contextuelle donc appropriée, ce qui pourrait laisser penser qu’un jour l’opt-out remplace l’opt-in en France", poursuit le responsable. Avant d'ajouter :  "avec le mobile et les réseaux sociaux, l’intrusion des marques dans la vie des internautes est bien mieux perçue, car le ciblage est quasi-chirurgical et c’est sans parler de la géolocalisation". En effet, les annonceurs "démassifient" leurs campagnes pour  travailler davantage leur promesse de vente et la qualité de leurs cibles. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas