Les puces électroniques trahies par l'énergie qu'elles génèrent ?

Par 23 septembre 2010
Mots-clés : Smart city, Moyen-Orient
Circuits imprimés

Selon une équipe de l'université de Tel Aviv, mesurer les fluctuations énergétiques produites par les puces quand elles transmettent de l'information est un moyen de pirater ces mêmes données.

Les puces électroniques telles que celles présentes dans les cartes bancaires contiennent des failles de sécurité pouvant être exploitées par des pirates, rappellent des chercheurs de la Tel-Aviv University's School of Electrical Engineering. Selon eux, le talon d'Achille de ces puces se trouve au niveau de l'alimentation et de la production d'énergie. Quand l'une d'entre elles fonctionne, elle utilise de l'électricité. La quantité de cette dernière, et comme elle fluctue, dépendent du type d'informations que la puce contient. En mesurant les fluctuations de puissance à l'aide d'un oscilloscope et "en analysant les données recueillies par des algorithmes appropriés, des 'pirates' pourraient déchiffrer les informations contenues par la puce", expliquent les chercheurs.

Des fluctuations énergétiques bavardes

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont développé une méthode permettant d'extraire des informations à partir de ces postulats. Le but : permettre aux entreprises de savoir les risques encouru et la meilleure méthode de sécurité à adapter. Leur système combine cryptologie et programmation par contraintes (système informatique permettant de résoudre une série d'équations complexes). Mais extraire de l'information de cette manière, à travers ce qu'ils appellent des canaux auxiliaires, peut-être complexe.

Un bruit qui brouille les pistes

Notamment parce que lors de la réalisation d'un suivi de l'empreinte énergétique, se produit ce que les scientifiques dénomment du bruit. Soit des imprécisions qui résultent des différentes activités que la puce effectue simultanément. Mais là encore, il suffirait de créer un système minimisant le bruit électronique pour faciliter la tâche des pirates, avertissent les chercheurs. Les résultats de leurs recherches ont été présentés lors du 12 éme congrès sur la cryptologie et les systèmes embarqués en Californie.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas