Les puces RFID, le petit miracle attendu par la grande distribution

Par 23 juin 2006

C'est un des bouleversements en cours dans la grande distribution, le remplacement des codes-barres par des puces à radio-fréquence (RFID). Car la RFID se présente souvent sous forme d'étiquettes...

C’est un des bouleversements en cours dans la grande distribution, le remplacement des codes-barres par des puces à radio-fréquence (RFID). Car la RFID se présente souvent sous forme d’étiquettes adhésives, les tags, intégrant puce et antennes. Le tout peut être intégré dans pratiquement tous les objets : jouets, automobiles, vêtements, livres, emballage alimentaires… Ces "étiquettes intelligentes" permettent d’identifier les produits, mais aussi de récolter diverses informations à partir de leurs micro-capteurs. Par exemple, elles peuvent améliorer la traçabilité des produits alimentaires grâce à la création d’un historique des températures de chaque produit. Et pour les entreprises, cela permet de connaître en permanence et instantanément l’état des stocks, de retrouver un produit défectueux... Voire de suivre à la trace un produit volé.
 
Et les utilisateurs se multiplient : le géant US de la distribution Wal-Mart a invité 130 de ses 61 000 fournisseurs a équiper leurs produits en RFID en janvier 2005, 200 nouveaux distributeurs ont dû s’y plier cette année, et 300 autres suivront en 2007. Autre application, actuellement, tous les tickets de la Coupe du Monde 2006 en sont pourvus, pour éviter la fraude, tout comme les emballages de Viagra, pour éviter la contrefaçon.
Même les humains peuvent désormais se faire implanter sous la peau des puces électroniques, qui diffuse leur numéro d’identification. C’est le cas de l’implant Verichip, autorisé par l’administration fédérale américaine de Floride en octobre 2004. Aujourd’hui, pour 1 000 euros, certains clients VIP de la discothèque de Rotherdam Baja Beach Club ont ainsi  leur Verichip. Toutefois, l'Union européenne a d'ores et déjà interdit de telles pratiques.

Verichip, la puce RFID sous-cutanée : un scénario orwellien
 
Mais la RFID permet aussi de tracer l’acheteur de tel ou tel produit. C’est ce que lui reproche l’association américaine de consommateurs Caspian, qui dénonce le "pistage de tout, partout". Elle éavait d’ailleurs révélé en 2003 une affaire à propos de Gilette qui avait fait grand bruit.
 
Inquiétudes excessives, pour les industriels de la RFID, qui citent les technologies, appelées "Kill The Tag", qui permettent de détruire la puce après usage (après les achats d'un client à la sortie d'un magasin par exemple). Mais toutes les puces RFID en sont-elles réellement équipées ?
 
Capucine Cousin, pour l'Atelier
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 23/06/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas