Les puces RFID peuvent faire plus que la sécurité

Par 03 avril 2009

Les aéroports comptent utiliser ces tags pour sécuriser les déplacements. L'extension de leur utilisation à d'autres applications comme la manutention des bagages sera une source d'économies et de gain de temps.

Les compagnies aériennes ne doivent pas limiter l'utilisation qu'elles comptent faire des puces RFID à la simple sécurité des passagers, explique Juniper Research. Le rapport met en avant les économies que réaliseraient les compagnies de transport en se servant de ces puces dans le système de tri des bagages. La perte et les problèmes liés à ce suivi coûtent chaque année quatre milliards de dollars au secteur. Les économies s'élèveraient à sept cent cinquante millions de dollars. Pourquoi une telle piqûre de rappel ? Peut-être parce que, selon l'étude, l'utilisation la plus étendue aujourd'hui est celle de la sécurité. Les passeports des ressortissants de l'Union européenne et des Etats-Unis en sont par exemple déjà équipés.
Localisation et sécurité
L'avantage de ces puces est d'incorporer des données basiques comme le nom, l'adresse et la date de naissance du porteur. En sus, elles intègrent des données biométriques comme les empreintes digitales, la photographie et le scan de l'iris. Ces informations sont diffusées vers des récepteurs disposés dans l'aéroport, ce qui augmente le niveau de sécurité. Cette capacité est également utilisée pour réduire les retards et améliorer le flux des passagers dans les aéroports. En localisant ainsi les passagers, les compagnies aériennes qui comptent s'y mettre seront capables de guider leurs passagers à travers l'aéroport, et retenir l'avion si les passagers vont être en retard. Ce, grâce à des antennes disposées dans l'aéroport.
Vie privée et technologie ancienne
Ce système est actuellement testé par SAS (Scandinavian Air Service). Et ce ne sont pas moins de 40 % des compagnies qui devraient s'y mettre. Restent quelques problèmes à résoudre, que la RFID soit utilisée pour des applications de suivi des passagers ou de gestion : une puce qui peut être lue de façon aléatoire pose des problèmes de sécurité. Juniper Research rappelle également que les RFID sont concurrencées dans la gestion des passagers par des technologies comme le Bluetooth ou le NFC qui sont intégrées directement aux téléphones portables.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas