Les puces RFID valent aussi pour l'horticulture

Par 20 juillet 2009
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Container Centralen s'apprête à étiqueter de systèmes d'identification radio les chariots qu'il utilise pour transporter fleurs et plantes en Europe. Le but est de limiter les vols de marchandises.

"Après avoir conduit une recherche sur la RFID, nous sommes arrivés à la conclusion que cette technologie était d’une grande importance pour nous et nos clients", explique Tonny Vangsgaard Graversen, le PDG de Container Centralen. Le fournisseurs d'équipements de transports européen s'apprête du coup à lancer une initiative de sécurisation et de suivi de ses containers dans le secteur de l'horticulture : à partir de février 2010, il utilisera le système de surveillance d’identification par radiofréquence d'IBM pour équiper plus de trois millions de containers.
Plus de sécurité pour moins de fraude
Le but : permettre aux producteurs, grossistes et détaillants d'une quarantaine de pays européens de garder la main sur la circulation de la production. Les chariots déployés par le fournisseur sont conçus de telle sorte qu'ils ne nécessitent pas de main d'œuvre humaine : les fleurs sont délivrées directement du producteur au commerçant sans passer par un tiers, tout étant mécanisé. L'avantage d'un tel système, c'est qu'il réduit les coûts et limite les dommages sur les plantes. Mais problème : l'absence de personnel renforce le risque de vol et de contrefaçon.
Des étiquettes intelligentes
Le nouveau système permettra de compter et vérifier automatiquement les produits. Mais aussi de détecter les plantes de qualité inférieure et diffusées illégalement sur le marché. "Le but est de rendre le transport et la logistique plus simple, plus rapide et moins coûteux au sein du secteur horticole européen", poursuit le PDG de Container Centralen. D'autres systèmes existent, qui permettent d’assurer le meilleur suivi de biens et de services. Par exemple, en Chine les RFID sont utilisés pour marquer les animaux.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas