Qualité, budget et produits : la consommation en ligne change de cap

Par 14 février 2013
e-commerce

Cette année encore les sites de commerce électronique devront s'adapter à l'attitude changeante des consommateurs.

57% des acheteurs dépensent le même montant en ligne que trois mois auparavant. C'est, en effet, ce que constate une nouvelle étude réalisée par The Integer Group, agence spécialisée dans le marketing. Et pour prévenir cette stabilisation, qui n'est pour le moment pas encore inquiétante, l'agence a choisi, dans son rapport, de mettre en lumière les changements à venir dans le comportement des consommateurs qu'il serait bon pour les site d’e-commerce de prendre en compte. Au programme : des priorités, une tranche d'âge et l’émergence de secteurs d'activité différents. Et pour commencer : si en 2012, les consommateurs se tournaient vers l’achat en ligne dans le but d’économiser de l’argent, en 2013, c’est la recherche du meilleur rapport qualité-prix possible qui les motive.

Le niveau de consommation en ligne lié à la génération

Ce changement de priorité de la part des consommateurs (2,6% d’entre eux sont moins intéressés par les économies d’argent qu’en 2012) suggère donc aux marques de ne pas sacrifier la qualité de leurs produits. Mais également de ne pas sous-estimer les baby-boomers puisque la tendance de 2012, que prévoyait une précédente étude de The Integer Group, à savoir une utilisation du e-commerce par les « boomers » de plus en plus importante, s’est confirmée. En effet, les plus de 40 ans représentent le seul groupe d’âge qui a décidé d’augmenter son budget de dépenses en ligne depuis 2011, budget qui a augmenté de 4,5%.C’est pourquoi l'étude rappelle aux marques qu'elles devraient davantage inclure cette génération dans la cible de stratégies digitales, plutôt que la génération Y.

Ce que recherchent les acheteurs en ligne

Un autre facteur qui pourrait changer dans les mois à venir : les préférences au niveau des catégories de produit. Le ralentissement de la croissance dans l'achat en ligne par catégorie étant aligné à l'aplatissement global de la croissance du e-commerce, tous les secteurs peuvent se démarquer. C'est pour cette raison que des produits issus, par exemple, des épiceries en ligne et qui ne tire pas les chiffres du e-commerce vers le haut pourraient tirer leur épingle du jeu via des interactions digitales clé entre acheteur et revendeur de produits alimentaires qui peuvent influencer les achats dans les magasins physiques. Il faudrait, en particulier se concentrer sur la facilitation de l'expérience d'achat, en mettant à disposition des outils qui permettront à long terme aux marques et revendeurs de construire des relations durables avec leurs clients.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas