La quantité de liens ne fait pas la qualité de la diffusion de l'information

Par 25 janvier 2010 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working

Pour maximiser la propagation d'une information sur les réseaux sociaux, concentrer ses efforts sur les relations éloignées ne donnera pas de meilleurs résultats. Mais les ignorer voue l'initiative à l'échec.

Les réseaux sociaux se caractérisent notamment par une plus forte proportion de ce que les sociologues appellent les liens faibles, c’est à dire les relations éloignées, les amis d’amis, etc. Reste que malgré leur importance, se concentrer sur ces relations éloignées pour diffuser une information sur des réseaux n’est pas une méthode efficace. Voilà ce qu'annonce une équipe de chercheurs chinois de l’université de Beihang. Ils se sont intéressés au rôle de ces liens dans la propagation de l’information dans les réseaux. Le but : comprendre et combattre la diffusion de virus, mais aussi maximiser le retour de campagnes de marketing viral.
Diffusion aléatoire contre diffusion préférentielle
Pour prouver leur assertion, les chercheurs ont mis en place un modèle mathématique simulant la propagation d’une information à grande échelle au sein de plates-formes communautaires. Les résultats démontrent que diffuser préférentiellement les données auprès des personnes du réseau avec lequel l’utilisateur de départ a peu de connexions donne des résultats moins bons que si la sélection des destinataires est aléatoire. Pour autant, les chercheurs ne remettent pas complètement en cause l’importance des liens faibles dans la diffusion de l’information.
Un rôle plus subtil qu’envisagé jusqu’alors
Lorsqu’ils reprennent la même expérience mais en diminuant sciemment la proportion de ces relations éloignées, la diffusion des données diminue très fortement. Leur rôle est donc plus subtil que la communauté scientifique ne le croyait jusqu’alors, expliquent les chercheurs. D’un côté, ils ne peuvent à eux seuls permettre à une information de se propager dans l’ensemble du réseau à grande vitesse. D’un autre, ils constituent des ponts qui connectent entre elles diverses communautés isolées.

Haut de page

1 Commentaire

Bonjour, serait il possible d'avoir le lien vers l'étude complète de l'université Beihang sur les réseaux sociaux, afin d'en savoir plus?

Cordialement,

Soumis par DESERABLE (non vérifié) - le 26 janvier 2010 à 10h53

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas