La radio cognitive a son oreillette

Par 08 juin 2009
Mots-clés : Smart city

Pour créer une puce qui optimise la communication en situation de mobilité, des chercheurs du MIT ont imité le fonctionnement de l'oreille interne humaine.

Afin de permettre aux téléphones mobiles de se connecter en temps réel à la fréquence adéquate – internet sans-fil, fréquences de la radio, de la télévision - le chercheur Rahul Sarpeshkar du MIT a créé une puce plus rapide que tout autre analyseur de spectre de fréquences radio existant. Son intérêt ? Elle est basée sur le principe de l'oreille interne humaine. Selon le scientifique, reproduire le mécanisme biologique permet d'analyser le spectre et de détecter la composition de toute onde électromagnétique sur une large gamme de perception.
Imiter le mécanisme biologique
L'outil consomme environ cent fois moins d'énergie que ce qui serait requis pour numériser toutes les bandes passantes. Des inducteurs et des condensateurs effectuent la même tâche que la membrane et les fluides humains, et les transistors électroniques jouent le rôle des cellules auditives. "Plus je regardais l'oreille humaine, plus je réalisais qu'il s'agissait en fait d'une radio très perfectionnée captant plus de trois mille cinq cents chaînes en parallèle" explique Rahul Sarpeshkar, professeur associé en science de l'ingénierie électrique et informatique au MIT.
Rapprocher deux secteurs
Le capteur qu'il a développé, surnommé "limaçon pour fréquence radio", est embarqué sur une puce en silicone de 1,5 mm par 3 mm. "Un individu travaillant dans le secteur de la radio n'y aurait jamais pensé, et un spécialiste de l'audition non plus. Mais si vous rapprochez les deux, chacun des deux domaines fournit une partie de l'idée" explique Rahul Sarpeshkar. Dans un domaine plus commercial, ce système pourrait aboutir à la création d'un appareil de radio universel.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas