Rapport ministériel : Internet, une jungle hostile pour les enfants

Par 18 mai 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

Le ministre des solidarités, de la santé et de la famille Philippe Douste-Blazy vient de se voir remettre un rapport officiel de la Commission nationale consultative des Droits de l'homme...

Le ministre des solidarités, de la santé et de la famille Philippe Douste-Blazy vient de se voir remettre un rapport officiel de la Commission nationale consultative des Droits de l'homme concernant la protection de l'enfant face aux usages d'Internet. Celui-ci établit que 87 % des 12-17 ans se déclarent familiarisés avec Internet , contre 45 % des adultes.

Une différence de niveau qui peut paraître inquiétant et semble établir que les parents peuvent être démunis face à la protection de leur progéniture sur le réseau des réseaux. Citant une étude de la Commission européenne, le rapport rappelle que 55 % des parents français de jeunes utilisateurs du réseau souhaitent disposer de plus d'informations sur les moyens de sécuriser l'utilisation de l'Internet par leur enfant.

Du côté des contenus, le rapport établit que ce sont 200 000 images pédo-pornographiques circulent en permanence sur le réseau mondial et que 17 % des mineurs ont déjà été exposés à une page de site pornographique . Les menaces ne sont pas uniquement sexuelles, elles peuvent également être d'ordre commercial, raciste, antisémite, etc. et se propager via les forums de discussion, les blogs et les chats qu'affectionnent tout particulièrement les plus jeunes.

Globalement, les marques savent qu'elles ont tout intérêt à se diffuser sur le Net pour toucher le public jeune, puisqu'Internet est devenu leur médium préféré (à 61 %), dépassant la télévision (49 %) et le cinéma (35 %).

Le rapport préconise donc dix mesures de prévention et de sensibilisation des parents :

Axe 1 : Sensibiliser, pour une pratique familiale du net

- Lancer une campagne médiatique de sensibilisation des parents et des enfants, via des campagnes de communication médias et la création d'une mini série télévisée diffusée sur les chaînes publiques, la mise en place d'un numéro Indigo d'information...

- Créer un référencement national « qualité famille » : une commission paritaire chargée d'établir les critères déontologiques pour noter les services Internet et leur appliquer un label déontologique.

- Etablir et proposer une grille de classification des services, outils et contenus permettant d'introduire une lecture par âges de la pertinence des produits et services proposés sur le net au regard de la protection de l'enfant.

- Créer un programme pédagogique destiné à une appropriation familiale de l'Internet : basé sur le volontariat, le programme serait disponible sur un site dédié.

Axe 2 : Protéger les enfants des excès de la Toile

- Soumettre la collecte d'informations personnelles de mineurs à l'autorisation préalable et expresse des parents : les mineurs de moins de 13 ans souhaitant collecter des informations seraient soumis à la présentation à ses parents d'un document électronique d'information et d'autorisation, sur la base d'un formulaire décrivant l'objet du service et rappelant les règles de protection de l'enfant.

- Informer les parents de leurs droits de connaître l'éventuelle destination ou utilisation commerciale des données personnelles demandées à leur enfant

- Développer un partenariat avec les professionnels pour proposer un standard de protection de navigation
- Rendre obligatoire la modération des services proposés aux mineurs, former les modérateurs à la protection de l'enfant. Cette mesure s'applique aux outils de discussion ouverts à tous (forums, chats).

Axe 3 : Pérenniser l'appropriation familiale du net

- Coordonner une veille nationale et européenne sur la protection de l'enfant et les TIC
- Lancer un appel à projets pour l'amélioration de l'information des familles sur le net et la promotion d'une appropriation familiale de ce média : il s'agit d'inciter à la réalisation d'outils d'information, ludiques et pédagogiques sur l'univers de l'Internet à destination des familles.

Autres chiffres mentionnés dans le rapport :

- La France compte 1,4 million d'adolescents blogueurs ;
- 31 % des 12 – 17 ans ont déjà téléchargé de la musique, des films ou des logiciels par le peer-to-peer (étude Credoc) ;
- 92 % des 11 – 19 ans n'imaginent plus le monde sans un portable, 64 % d'entre eux possèdent un
mobile. (Baromètre Médiamétrie décembre 2002)
- La quasi-totalité (92 %) des adolescents disposant d'un téléphone mobile ont déjà envoyé des
SMS (contre 53 % des « adultes », soit : 18 ans et plus). En moyenne, les adolescents disent envoyer
19 SMS par semaine (les adultes 9) ;
- En février 2005, 7,3 % des Français de moins de dix ans étaient équipés d'un téléphone portable , un pourcentage qui passe à 24,5 % pour les moins de treize ans : 1 % des 2 - 7 ans posséderait en France un mobile et 6,3 % des 8 – 10 ans (source : TNS Media Intelligence).

(Atelier groupe BNP Paribas - 18/05/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas