Les réactions au problème du spam sont une affaire de nationalité

Par 24 juin 2004

La société Yahoo, responsable du portail éponyme, a réalisé cette année une vaste enquête sur les dernières tendances du courrier électronique. En sondant les internautes de 11 pays (Argentine...

La société Yahoo, responsable du portail éponyme, a réalisé cette année une vaste enquête sur les dernières tendances du courrier électronique. En sondant les internautes de 11 pays (Argentine, Australie, Grande-Bretagne, Brésil, France, Allemagne, Hong Kong, Italie, Japon, Espagne et Etats-Unis), la société a souhaité avancer dans sa réflexion autour des possibles améliorations de son propre service de messagerie électronique, Yahoo! Mail.

Il s’avère que selon leur nationalité, les internautes ont des réactions assez différentes face aux problèmes de sécurité qui les touchent quotidiennement et affectent leur usage du service.

En ce qui concerne le spam, par exemple, les attitudes divergent énormément. Tandis que les Japonais se montrent fortement agacés par le spam et indiquent (à 50 %) qu’il leur arrive d’envoyer des réponses agressives aux spammeurs, les américains, fidèles à leur réputation de gros consommateurs, avouent acheter des produits dont ils ont eu connaissance via le spam.

Les Français pour leur part, à l'instar des Brésiliens, avouent ne jamais répondre ou presque à un courrier indésirable.

Les moyens mis en œuvre pour lutter contre le spam sont aussi une affaire de nationalité. Les Australiens sont passés maîtres dans ce domaine : de la simple suppression à l'utilisation d'adresses uniques ou multiples, en passant par les filtres, ils ont recours à toutes les techniques. Les Japonais, les Allemands, les Chinois et les Américains, pour leur part, optent plutôt pour une suppression systématique des spams, quitte à perdre du temps à cette activité quotidienne.

(Atelier groupe BNP Paribas - 24/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas